Home Société Peut-on publier n’importe quoi dans les revues scientifiques?


Peut-on publier n’importe quoi dans les revues scientifiques?

Du bon usage de la chloroquine dans les accidents de trottinette

Peut-on publier n’importe quoi dans les revues scientifiques?
Didier Raoult. Auteurs : Christophe Ena/AP/SIPA. Numéro de reportage : AP22467260_000008

Trois universitaires suisses à l’humour surréaliste ont proposé un article farfelu à une grande revue scientifique indienne. La sortie de cette pseudo-étude sur l’efficacité de l’hydroxychloroquine dans les accidents de trottinette démontre la légèreté de certaines grandes publications académiques. Le Pr Didier Raoult en rit encore.


Après l’affaire du Lancet, trois universitaires lausannois ont tenté l’expérience en rédigeant l’article le plus farfelu et le plus stupide de leur carrière et en le proposant ensuite à la revue Asian Journal of Medecine and Health qui se targue de ne publier que des études de haut niveau des meilleurs chercheurs du monde entier.

Droit dans le mur

Plus dadaïste que scientifique, l’article totalement farfelu portait sur l’efficacité de l’hydroxychloroquine dans les accidents de trottinette. Les auteurs poussant le bouchon, vaudois bien sûr, jusqu’à l’expérience surréaliste la plus invraisemblable : envoyer des pseudo-volontaires se fracasser en trottinette contre un mur. Non sans signaler qu’il y a eu hélas des morts durant cette expérience, mais qu’ il en faut toujours pour que la science progresse. Les rédacteurs de la revue se bornèrent à demander pourquoi les corps n’avaient pas étés autopsiés. Les auteurs du canular répondirent que le gardien du cimetière avait égaré le registre et qu’eux-mêmes n’avaient pas eu le temps de creuser toutes les tombes.

David Lembrouille, Sylvano Trottinetta et Nemo Macron

Une explication qui permit aussitôt de publier cette étude magistrale, signée par David Lembrouille, Sylvano Trottinetta et Nemo Macron, le nom du chien du président français. Entre jeux de mots graveleux et références loufoques, notamment à Batman, rien n’a éveillé l’attention de cette prestigieuse revue scientifique, à la grande surprise de Mathieu Rebeaud, biochimiste à l’origine de ce canular qui a navré les esprits chagrins et ravi ceux qui ricanent en regardant les «  experts scientifiques » sur les chaînes d’info en continu. Le Professeur Didier Raoult en rit encore.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Fajardie en harmonie
Next article Jour de l’Apostasie: bonne fête aux ex-musulmans!

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération