Les feuilles tombent, l’heure d’hiver arrive, les températures n’en finissent pas de baisser et mon PEA aussi. Heureusement, la campagne électorale américaine vient égayer cet automne pourri. La campagne ? Disons, pour être plus précis, l’un de ses dommages collatéraux: l’invraisemblable emballement des médias et de l’establishment français en faveur d’Obama. Du Figaro à Libé, de TF1 à Arte, de la droite de l’UMP à la gauche du PS, c’est reparti comme en 14, ou plutôt comme en 2002, quand grâce à la force de conviction de nos éditorialistes et de nos élites, les Français furent convaincus in extremis de barrer la route au nazisme. Ou bien en 2005 quand leur lucidité europtimiste ne fit hélas pas le poids face à l’odieuse campagne de peur des partisans du non. En tous les cas une chose est sûre : dans cette compétition intra américaine, comme dans ces deux précédents franco-français, on aura tout fait pour nous faciliter la vie grâce à une alternative simplifiée. En l’occurrence aujourd’hui, soit on est pour Obama, soit on est contre Mc Cain.

Pour une fois, la presse française, qui ne comprendra jamais pourquoi elle est l’une des moins recommandables du monde (j’imagine que c’est pire au Zimbabwe ou en Biélorussie, mais je n’en ai pas les preuves), n’est même pas risible : elle en devient touchante, dans sa volonté unanime de contribuer à la victoire des forces du Bien. Comme si douze éditos vibrants de Joffrin plus vingt-quatre déclarations dithyrambiques de Frédéric Lefebvre auxquelles on ajoutera quarante-huit sketches apocalyptiques des Guignols allaient convaincre un seul électeur de Minneapolis ou de Sacramento de faire le bon choix. Ils sont trop chou.

Oui, tout cela est touchant et demanderait à être plus finement analysé. Comme on n’a pas que ça à faire, on se penchera avec amusement sur le dernier avatar de cette obamanie compulsive : le fameux appel d’Al Qaïda à voter McCain, martelé en boucle mercredi et jeudi dernier.

Qu’a-t-on pu en lire, par exemple sur le net ? Le Post.fr est l’un des très rares sites français où l’info est manipulée avec des guillemets : « Al Qaïda « soutient » McCain » ; on notera que ces guillemets sont utilisés par la quasi-totalité de la presse belge, ils doivent coûter moins cher là-bas. Le Monde.fr prend déjà moins de précautions : « Un site web proche d’Al-Qaïda apporte son soutien à John McCain. »

Mais c’est tout de même plus mesuré que la plupart des comptes-rendus qui font dans le style sans équivoque du Jdd.fr : « Al-Qaïda vote McCain » ou de Rue89 : « Le message de soutien à John McCain diffusé lundi par Al-Qaïda » ou encore dans le genre tout aussi affirmatif, mais plus fouillé, de Nouvelobs.com qui nous explique doctement : « Al-Qaïda soutient McCain, meilleur garant de la ruine des Etats-Unis. Dans un message publié sur le net lundi 20 octobre, Al-Qaïda estime que le meilleur moyen de ruiner militairement et économiquement les Etats-Unis est d’envoyer John McCain à la Maison Blanche. »

A ce moment-là du récit, peut-être faut-il préciser que tout cela est entièrement bidon : jamais Al Qaïda n’a soutenu McCain, serait-ce avec des guillemets. Jamais non plus un site web proche d’Oussama Ben Laden n’a réellement engagé les Américains à voter pour le candidat républicain.

1
2
Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Marc Cohen
est rédacteur en chef de Causeur.est rédacteur en chef de Causeur. Pilier du Groupe d’Intervention Culturelle Jalons, il a notamment été rédacteur en chef de "L’Idiot International ".