Home Édition Abonné Décembre 2018 L’ours slovène chasse les migrants


L’ours slovène chasse les migrants

De la coopération migratoire entre pays qui refusent le pacte de Marrakech

L’ours slovène chasse les migrants
©Jure Makovec/AFP

Sur le marché de la migration, un petit État d’Europe centrale est de train de se forger une réputation de forteresse. Non, il ne s’agit pas de la Hongrie, mais de son discret voisin slovène. Loin des vitupérations de Viktor Orban, les dirigeants de ce pays de deux millions d’habitants luttent lentement mais sûrement contre l’immigration clandestine. D’après le journal local Dnevnik, les patrouilles de policiers slovènes en poste aux frontières ont reçu l’ordre de renvoyer vers la Croatie tous les immigrés qu’ils croisent sans se donner la peine d’examiner leur demande d’asile. Un scandale pour la directrice du bureau des droits de l’homme à Ljubljana qui n’a pas hésité à parler de violation du droit international en vigueur depuis 1945. La télévision publique RTV Slovenija a nourri la polémique en filmant un groupe de gardiens de la paix l’arme à la main. Le gouvernement social-démocrate a justifié cet armement par les agressions à la machette auxquelles se livrent certains candidats à l’asile. Quant à la transhumance vers la Croatie, les autorités slovènes prétendent y voir de simples départs individuels.

A lire aussi: Immigration: les médias nous mènent en bateau

Classée parmi les membres les moins influents de l’Union européenne, la Slovénie n’a jamais barguigné devant l’afflux de migrants. Dès 2015, Ljubljana a construit un mur de barbelés le long de la frontière croate. Le mois dernier, le Premier ministre social-démocrate Marjan Sarec a annoncé son refus de signer le pacte de l’ONU pour l’accueil humanitaire des réfugiés, emboîtant le pas à l’Autriche, la Bulgarie, la Croatie, la Hongrie, la Pologne et la République tchèque.

Pour compléter le tableau, le quotidien transalpin La Stampa a dernièrement révélé que la police des frontières italienne renvoyait systématiquement les migrants fraîchement débarqués vers la Slovénie, où la maréchaussée locale les transfère illico presto vers la Croatie. Reste à savoir si la police croate refilera la patate chaude à sa consœur bosniaque.

Décembre 2018 - Causeur #63

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Les “lycéens” de Mantes-la-Jolie ne sont pas des anges
Next article Gilets jaunes: comment j’ai vu les choses dégénérer à Marseille

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération