Home Culture Mauvais cygnes à l’Opéra de Paris


Mauvais cygnes à l’Opéra de Paris

Le journal de l'ouvreuse

Mauvais cygnes à l’Opéra de Paris
© Causeur

Plus que le critique, le comédien, le musicien et le danseur, c’est l’ouvreuse qui passe sa vie dans les salles de spectacle. Laissons donc sa petite lampe éclairer notre lanterne!


À l’Opéra de Paris, pas besoin d’opéra. Avec ou sans public, show permanent. À l’époque où feu Pierre Bergé tentait de faire marcher le bébé Bastille, que pesait sa maigre saison auprès de la conférence de presse, festival d’esclandres, de menaces et d’injures ? Ou le virage en direct sur vos écrans du chef Daniel Barenboim ? Le spectacle n’était déjà plus sur le plateau.

Et ça n’a pas trop changé. Le hit de l’an passé restera les dix minutes de cygnes sur le parvis du palais Garnier. Grève matin, grève midi, grève soir évidemment, mais animation à toute heure, le personnel ayant tapissé les murs d’un panneau roboratif : « Agissements sexistes / Violences sexuelles / Harcèlement sexuel / NON / Victimes ou témoins agissons ». Il s’en passe des trucs dans des couloirs que plus personne n’arpente depuis un an !

Après la grève, le virus. La maison close reste close, mais ne partez pas, le spectacle continue. Le 25 mai à Minneapolis la mort filmée du citoyen George Floyd enflamme la planète. Trois mois plus tard, quelques salariés de l’Opéra, danseurs principalement, rédigent un manifeste : « De la question raciale à l’Opéra national de Paris ». D’abord interne, le tract gagne la Toile, puis la presse. Nous sommes début octobre, la direction prend acte, commande un rapport.

Quand voilà que, le jour de Noël, M, le magazine du Monde, consacre un article passionnément racialiste au dit manifeste. Selon l’enquêteuse, le nouveau directeur de l’Opéra, Alexander Neef, assure que « certaines œuvres vont sans doute disparaître du répertoire ». Comme avant ce propos l’enquêteuse cite plusieurs ballets chorégraphiés par l’intouchable Noureev, les réseaux s’emballent. On va détruire nos ballets blancs (pas à cause de la peau, à cause des tutus ; nos ballets romantiques, quoi). La direction invoque une « juxtaposition malencontreuse ». Et les organes de morale publique débusquent presto le coupable. Pas la journaliste du Monde qui juxtapose au petit bonheur. Le même coupable que d’habitude : Marine, Ménard, l’énervé fachosphérique qui a réagi à ses fantasmes – comme tant d’autres de tous bords et toutes couleurs, évidemment. Preuve que Le Monde avait raison.

Coincé entre Monde-marteau et enclume-public, l’Opéra jure qu’il n’est pas question de censure. Dans La Croix, notre Roselyne enfonce le clou (sic) : « Il ne s’agit certainement pas de faire disparaître des grandes pièces du répertoire comme les ballets La Bayadère ou Casse-noisette, mais de les contextualiser ». Contextualiser ? Santa Maria della Cancellazione ! Mais encore ?

On nous annonce Otello sans maquillage – ce qui n’importe guère. Madame Butterfly idem – ce qui importe. Et en général l’attribution des rôles racialisés à des personnes racialisées, tendance Gobineau. À la Canadian Opera Company qu’il gouvernait jusqu’à la saison dernière, le directeur Neef avait remplacé les ministres Ping, Pang et Pong dans Turandot par Jim, Bob et Bill – ethnocentrisme caractérisé. Dans La Bayadère héritée de Noureev à la Bastille, une « Danse des négrillons » est devenue « Danse des enfants » sous Benjamin Millepied. « Certaines œuvres » vont disparaître, on nous le promet. Les autres seront probablement soumises à un Inclusivity Committee comme à New York. Ça va (enfin !) être gai. Au hasard, dans Le Lac des cygnes le prince jette le vilain cygne noir pour épouser le gentil cygne blanc. Si, si. En plus d’être gai, ça va être intense, pour l’Inclusivity Committee.

Février 2021 – Causeur #87

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Quand Zemmour accuse l’État d’«anarcho-tyrannie»
Next article La possibilité d’une œuvre en 2021: “les Porcs” au banc des accusés

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération