Une partie des élites soixante-huitardes voyait dans le « pédophilisme » de Gabriel Matzneff l’aboutissement de l’utopie sexuelle. Cinquante ans plus tard, c’est au nom de ce même individualisme que notre société généralise la PMA sans se soucier des enfants.


La pédophilie est sans doute vieille comme le monde, comme moyen de conjurer la succession des générations, donc le vieillissement et la mortalité, mais son image a varié avant de prendre l’allure idyllique contre laquelle on s’insurge en ce moment.

Post-68: Le progressisme qui a porté le « pédophilisme » était dévoyé et confus, mais il était orienté positivement…

Classiquement, peut-on dire, elle avait pour cadre plus qu’un rapport de domination entre les partenaires, une différence de statut et même de nature, l’enfant étant souvent considéré comme préhumain, sorte de matière première irresponsable livrée aux projections fantasmatiques de l’adulte. La vraie vie, la vie personnelle commençait plus tard. L’ambiguïté de la langue grecque est instructive, où le mot « païs » peut être traduit par « enfant » aussi bien que par « esclave ». Le cas de Gide, pédophile public et prix Nobel, illustre la situation ancienne, qui déjà était insupportable en Europe : il a dû aller au Maghreb pour trouver l’enfant-esclave, disponible sans drame et sans scrupules grâce au décalage colonial.

La scandaleuse exploitation gidienne se poursuit avec le « tourisme sexuel 

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Février 2020 - Causeur #76

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite