Quantcast
Home Brèves Le populo au Trocadéro


Le populo au Trocadéro

Place du Trocadéro hier, ce n’est pas à une hypothétique Fête du Travail que l’on a assisté, mais à une tribune présidentielle aux accents de 2007. Ces accents qui ont plu au peuple, à ce populo qui vote mal et qui pue des idées.
Les avenues et les rues adjacentes étant bloquées par des cordons de CRS, il fallait vraiment en vouloir pour se faufiler, en civil, dans la foule dense dite d’« umpistes » voire de « sarkozystes » quand ce n’est pas plus radicalement de « traîtres », « pétainistes, fascistes et nazis » vendus au grand Capital et détournant le sens social du Vrai Premier Mai.

Certes, contrairement au meeting de la Mutualité quelques semaines auparavant, le look Auteuil-Neuilly-Passy y était majoritaire, mais le peuple en principe choyé par les ténors de la gauche s’y rencontrait aussi, et en l’occurrence sous les traits de Victoire, Inès et Laurent, lycéens diablement enthousiastes venus de Pierreffite-Stains sans signe extérieur de pauvreté et sans ticket de métro.

Laurent vit seul avec sa mère, invalide, et 500 euros par mois dont 350 de loyer. Le père d’Inès aussi est invalide, sa mère est vendeuse. Et ils se sentent abandonnés en leur banlieue où les vitres brisées de leur établissement n’ont été réparées qu’après deux ans, et où la gauche dont ils se défient « ne fait rien à part nous assener ses discours pour obtenir nos voix ». Ces jeunes gens-là, n’en déplaise aux révolutionnaires de salon, ne rêvent pas de gagner des millions. Ils rêvent d’exercer un métier altruiste, de faire de la politique et des lettres. « Nous ne sommes pas des victimes, nous aimons travailler ». Enfants du populo, authentiquement de droite, oui et alors ? Le Premier Mai, c’est le leur aussi.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Le Premier mai, baratine comme il te plaît
Next article Je suis égoïste
Isabelle Kersimon est journaliste.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération