Le 18 juin du Comité Orwell

Le 18 juin du Comité Orwell
Natacha Polony. Photo : Hannah Assouline.
natacha polony 18 juin
Natacha Polony. Photo : Hannah Assouline.

Vous aimez les questions qui fâchent grave ?  Alors, celles que vont évoquer ce samedi le Comité Orwell et sa fondatrice, Natacha Polony, vont sûrement vous émoustiller autant que moi.

L’intitulé de la conférence d’après-demain (c’est-à-dire le 18 juin, poke le Général) est en effet clair de chez clair: « Souveraineté et mondialisation : Parler de la souveraineté des peuples et des nations a-t-il encore un sens dans un monde globalisé ? »

Je parie ma paye contre celle de Didier Deschamps, qu’on y causera du Brexit, of course. Mais aussi de la Loi Travail, du TAFTA, et des abeilles. Et peut-être aussi d’Henri Guaino.

Pour vérifier si mes pronostics sont exacts (et aussi pour plein d’autres raisons plus importantes, en vrai) rendez-vous ce samedi 18 juin 2016 de 14h30 à 17h dans le grand amphithéâtre de l’IPAG,184 bd Saint Germain, Paris 6ème.

L’inscription est gratuite mais obligatoire. Cela se fait par mail à cette adresse : comiteorwell1984@gmail.com

PS : En raison du nombre restreint de places, le Comité nous informe que toute personne non-inscrite ne pourra pas assister à la conférence. Et ceci n’est pas une clause de style : tous ceux qui, faute de place, ont dû faire le pied de grue devant l’IPAG, le 9 janvier, lors du premier colloque du Comité, peuvent en témoigner.

Et comme il fait beaucoup plus froid ces jours-ci qu’en janvier, inscrivez-vous !

 

>>> Retrouvez en cliquant ici l’ensemble de nos articles consacrés au Brexit.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Attentats islamistes: le parti du déni
Next article Papy fait de la persistance
De l’Autonomie ouvrière à Jalons, en passant par l’Idiot International, la Lettre Ecarlate et la Fondation du 2-Mars, Marc Cohen a traîné dans quelques-unes des conjurations les plus aimables de ces dernières années. On le voit souvent au Flore.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération