La difficulté du traitement médiatique du Front national réside dans la nécessité qu’il y a de se distancier du storytelling imposé par l’appareil lepéniste et de resituer le FN dans un contexte global en cessant d’en faire le centre de la vie politique. En  ce sens, Causeur, quoi qu’il en dise, ne semble pas se déprendre d’une forme de fascination pour le parti lepéniste. Le dernier dossier consacré au FN mérite quelques critiques, non exhaustives.

Le basculement des ouvriers, par exemple, s’opère avec beaucoup plus de nuances que ce que sous-entend l’équipe de Causeur (à sa décharge, le mythe est répandu). La fin de l’alignement du vote de classe à gauche est un phénomène qui dépasse de très loin le cadre français. On a, en outre, parlé de vote de classe « enterré vivant » pour mettre en évidence des effets générationnels beaucoup plus complexes que le prétendu basculement déterminant d’électeurs communistes à l’extrême droite. Le basculement de Brignoles à droite, par exemple, n’est pas récent.

Quant à dire que le FN a une « sociologie de gauche » c’est  simplement inepte.

*Photo : LCHAM/SIPA. 00667238_000058.

Lire la suite