Sipa. Numéro de reportage : 00669705_000008.

La France à l’Unesco a voté une résolution arrachant au peuple juif ses liens avec ses lieux saints historiques et en en faisant des sites musulmans ; l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (sic) dont l’objectif affirmé est « d’encourager la paix et le respect des droits de l’homme par l’éducation » ! Que des Etats arabes dont l’obscurantisme s’étale en permanence sur les pages des quotidiens internationaux, veuillent faire disparaître la géographie et l’histoire de l’Etat juif, nous y sommes habitués. Que l’Unesco se déshonore une nouvelle fois, c’est devenu une manie, mais la France ! Le stigmate d’un lent et long déclin. Un suicide.

L’Unesco contre le Coran

À l’Unesco, nous avons appris qu’Hollande est inculte, ses amis et gouvernants avec lui. Tous, pourtant, ont étudié dans des écoles prestigieuses. Mais ils ont oublié les auteurs classiques grecs et romains que sont Hérodote, Tacite, Tite Live, Strabon, Sénèque, Pline ainsi que les Evangiles. Ils se sont alignés sur les plus incultes de la planète, ceux qui veulent faire dominer une loi du Moyen Âge aux dépens même de leur propre texte qui affirme qu’« Allah a assigné cette terre aux fils d’Israël jusqu’au Jour du Jugement » (sourate 5, verset 21), et « nous avons fait les enfants d’Israël les héritiers de la terre » (Sourate 26, verset 59) ! Sans parler des exégèses du célèbre Al-Tabari.

La France et ceux qui ont voté ces résolutions font même mine d’oublier les firmans de califes affirmant le caveau des patriarches et le tombeau de Rachel héritages juifs (firmans de 1615 renouvelés en 1827 et 1831). L’Unesco s’oppose en outre aux résolutions de la Société des nations (SDN) qui affirmait les liens historiques du peuple juif avec cette terre (24 juillet 1922) et donna mandat à la Grande-Bretagne d’y favoriser l’établissement d’un foyer national juif (la Transjordanie a été retirée du territoire du mandat sur la Palestine le 16 septembre 1922 pour le prince Abdallah, fils du chérif de la Mecque). Par la suite, l’ONU, successeur de la SDN, avait entériné une situation de fait en proposant (l’article 80 de sa Charte lui interdisant de créer un Etat sur le territoire, sauf accord entre les parties) une nouvelle partition de la Palestine (résolution 181 du 29 novembre 1947). Pour mémoire, les Etats arabes voisins montent à l’assaut d’Israël dès le départ des Britanniques. Personne ne vient à l’aide des Israéliens agressés par des membres de l’ONU (l’adhésion comporte un engagement à ne pas faire de guerre…). Les juifs perdent la vieille ville de Jérusalem où ils étaient largement majoritaires depuis au moins le recensement ottoman de 1844 (déjà en 985, le voyageur arabe Muqaddasi se plaignait qu’« à Jérusalem la grande majorité de la population est juive » et que « la mosquée est vide des adorateurs »).

Une réécriture religieuse du conflit

Pour faire bonne mesure, l’ONU, dans un monde qui comportait alors 60 millions de réfugiés, a créé une agence spécifique avec un statut spécifique pour les 650 000 réfugiés palestiniens (ceux qui pouvait prouver une résidence dans le territoire israélien au cours des deux années précédentes…), l’UNWRA. Inversement, l’ONU n’est pas intervenue en faveur des 700 000 juifs expulsés des pays arabes. Est-ce une surprise ? Voilà quelques rappels historiques pour nos dirigeants incultes ou aveugles.

Donc, pour l’Unesco aujourd’hui, il n’y a pas de lien entre le peuple juif et ses sanctuaires (le Temple, le tombeau de Rachel, le caveau des Patriarches). Est-ce à dire que les musulmans ne sont pas rancuniers car, après tout, selon le récit, c’est Sarah (pour ensevelir laquelle Abraham aurait acheté la grotte-caveau) qui aurait chassé Ismaël, ancêtre mythique des Arabes ?

La revendication d’en faire des lieux saints musulmans montre avec vigueur la dimension purement et ontologiquement religieuse donnée au conflit. C’est ce pour quoi la France a voté dans la pétaudière de l’Unesco, prétendue temple de la culture et de la paix. Hollande et son gouvernement ont plus que déshonoré la France, ils l’ont encore affaiblie. Ils en ont fait une république bananière d’une idéologie mortifère antidémocratique. Et Valls, malgré ses déclarations, laisse faire. Quel courage ! S’il était défavorable à ce vote et n’a pas pu s’y opposer, que n’a-t-il démissionné.

Pas de Jésus sans Temple juif

Voilà que le juif Jésus devenu Issa est Palestinien. Pourtant, sans Temple juif, il n’y aurait pas eu de marchands du Temple et donc de Jésus. Ou bien tout ceci n’est qu’un mensonge et l’Europe n’a pour racine chrétienne que du vent, du sable du désert. L’islam, lui, absorbant Issa, entre en contradiction avec lui-même. La France ne soutient pas même ses amis arabes contre eux-mêmes. La France n’a pas de vision politique.

Mieux encore, dans une résurgence de pensée colonialiste, elle veut relancer des négociations de paix sans les belligérants. Pour tenter d’imposer quoi ? Pour faire oublier son empire colonial présent ? Les récentes manœuvres de Fabius à propos de Mayotte à l’ONU ? Celles sur les îles de la Société ? Les retards pris sur le référendum en Nouvelle-Calédonie promis par Mitterrand ?

Ne nous y trompons pas, rien de tout cela n’est bien grave pour Israël qui en a l’habitude et se moque bien des gesticulations onusiennes partisanes. Israël qui a d’autres chats à fouetter, continue d’avancer dans la culture et le développement. Mais la France ? Que va-t-elle faire dans cette galère et ces fourberies ?

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
est écrivain, ancien Secrétaire Général de MSF, cofondateur de est écrivain, ancien Secrétaire Général de MSF, cofondateur de Médecins du Monde.