Jack Lang est intervenu comme d’autres hiérarques du parti socialiste en conseil et en soutien à Laurent Gbagbo lors de sa campagne pour les élections présidentielles en Côte D’ivoire. C’est son droit et c’est tout à fait honorable. On sait depuis que Gbagbo dont le parti appartient à l’Internationale socialiste, a perdu les élections (contrôlées par une commission indépendante internationale) par 45% des voix contre 55% pour Ouattara. Et qu’il refuse de quitter le pouvoir en s’engageant chaque heure un peu plus dans un processus autoritaire : fermeture des frontières, menaces sur les opposants, couvre-feu, interdiction des médias étrangers, puis pour finir, investiture.

Interrogé hier matin sur France Inter par Patrick Cohen, Jack Lang était invité à donner son opinion sur la situation et à donner des « conseils » à Gbagbo. On s’attendait donc à ce que Lang, en bon démocrate, invite ce dernier à quitter le pouvoir et à laisser la présidence au vainqueur. Et bien non, nous avons attendu en vain. Lang a simplement indiqué qu’il avait envoyé un message à l’entourage de Gbagbo pour l’inciter « à sortir de la crise par le haut ». Relancé par Cohen, Lang s’est refusé à dire clairement que Gbagbo devait quitter le pouvoir. Au contraire, c’est à Ouattara que Lang s’est adressé en l’invitant à faire preuve de modération et en lui suggérant de trouver un arrangement. Réfugié avec sa famille dans un immeuble de l’ONU, Ouattara appréciera sans doute toute la saveur de l’appel à la modération de Jack Lang.

On se souvient que c’est à cette même « modération » que Ségolène Royal avait été invitée quand une commission indépendante avait montré que Martine Aubry ne devait son élection à la tête du parti socialiste qu’à un bourrage des urnes. C’est décidément une façon originale qu’ont les socialistes de considérer les processus électoraux : demander aux gagnants de fermer leur gueule quand les perdants leur ont volé la victoire.

Ça promet pour les futures primaires. Il va falloir que les démocrates se modèrent drôlement au parti socialiste !… Quant à Ouattara, ancien directeur général adjoint du FMI, Jack Lang va certainement demander à Dominique Strauss Kahn de le reprendre avec lui à New York. Pour le récompenser de sa « modération ».

Lire la suite