Home Édition Abonné Immunité : ni diplomatique ni collective


Immunité : ni diplomatique ni collective

Partouze homosexuelle, eurodéputé hongrois et Covid-19 ne font pas bon ménage

Immunité : ni diplomatique ni collective
Jozsef Szajer, ancien eurodéputé hongrois © Peter Kohalmi/AFP.

Le 27 novembre, un eurodéputé hongrois, Jozsef Szajer, était pris dans une partouze homosexuelle à Bruxelles. Si le récit de l’incident ne manque pas de comique, quelles ont été les conséquences politiques? 


Chaude soirée à Bruxelles. Le vendredi 27 novembre, à 21 h 30, rue des Pierres, dans le quartier gay du centre historique, des riverains passent un coup de fil au commissariat pour se plaindre de tapage nocturne chez les voisins. Les policiers bruxellois interviennent et tombent sur une vingtaine de personnes à l’étage d’un bar, essentiellement des hommes, souvent nus. Ils s’adonnent à une « lockdown partouze », avec alcool et stupéfiants, dans l’irrespect le plus total des conditions sanitaires au vu de leur activité !

À lire aussi, Martin Pimentel: La France peut-elle accueillir tous les Laye Fodé Traoré du monde? 

Une partie fine cinq étoiles avec deux diplomates et un eurodéputé hongrois du Fidesz

Parmi eux, le député européen hongrois membre du Fidesz de Viktor Orban, Jozsef Szajer, mais aussi deux diplomates… Une partie fine cinq étoiles ! Dans la panique, alors que les policiers procèdent à des contrôles d’identité – pas pratique quand les interpellés ne portent même pas de slip –, Jozsef Szajer prend la fuite par la fenêtre et le long de la gouttière, barbe au vent. Il se blesse avant d’être interpellé, les mains ensanglantées… Avec une pilule d’ecstasy dans son sac à dos ! Bien sûr, la drogue s’est retrouvée là par hasard, « je n’ai rien à voir avec cette pilule, je ne sais pas qui l’a placée ni comment », expliquera-t-il plus tard à la presse, et affirme alors aux forces de l’ordre qu’il a l’immunité diplomatique. Mais pas d’immunité politique. Il démissionne de ses fonctions au Parlement européen, le 30 novembre, invoquant des « raisons personnelles » pour justifier son acte. Avant de s’excuser auprès de la presse et de ses proches une fois l’affaire révélée : « Je regrette d’avoir violé les mesures sanitaires. C’était irresponsable de ma part. » Sale temps pour les partouzeurs. L’affaire éclabousse le Fidesz, tandis que la presse anti-Orban, tout heureuse d’apprendre qu’un poids lourd du parti, décrit comme « anti-gay », participe à des orgies homosexuelles, s’en donne à cœur joie. Elle aurait tort de s’en priver.

On conviendra que partouze homo, eurodéputé hongrois conservateur et réglementations sanitaires ne font pas bon ménage.

Janvier 2021 – Causeur #86

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Présidence européenne du Portugal: entre doxa franco-allemande et nostalgie impériale
Next article Lumières du Nord

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération