Rien ne va plus en cette fin de campagne : au désarroi du PS face à la montée de Mélenchon vient s’ajouter un désintérêt général pour cette élection insipide. Aux dernières nouvelles, 32% des électeurs envisageraient de s’abstenir au premier tour, un record jamais établi sous la Ve République !

Avant le point presse du Parti Socialiste, par la voix de son porte-parole Benoît Hamon, on s’attendait à une charge habituelle contre Nicolas Sarkozy, la tête de turc officielle d’une gauche qui lui ressemble tant. Bingo ! A entendre Hamon, le responsable de l’abstention habite à l’Elysée. Il paraît que ce sont les « victimes du sarkozysme » qui, découragées, sonneront le tocsin en ne se rendant pas dans l’isoloir. Drôle de raisonnement. Primo, on voit mal comment une victime pourrait ne pas en vouloir à son bourreau, sauf syndrome de Stockholm qui, pour le coup, mettrait en cause les qualités et la « plus-value » idéologique de François Hollande par rapport au sarkozysme.

Secundo, si le porte-parole du PS avait lu la note de Terra Nova dont on a tant parlé, il saurait que le principal bénéficiaire de l’abstention, en particulier des classes populaires s’appelle… la gauche ! C’est la raison pour laquelle Olivier Ferrand avait théorisé la conjuration, pardon l’alliance, des exclus (immigrés, femmes, minorités sexuelles, etc.) pour contrebalancer le désamour des petites gens pour le PS. Une stratégie gagnante pour la gauche… seulement en situation de large abstention !

On attend avec impatience la réaction de Nadine Morano sur Twitter : « céceluikidikiest » ?

Lire la suite