Home Monde Apéro Guéant à Tripoli


Apéro Guéant à Tripoli

J’aimerais bien savoir qui nous sommes, à la fin, et qui sont aussi les autres, les ceusses d’en-face, en l’occurrence d’outre-Méditerranée.

C’est une phrase de Claude Guéant, faisant naître une énième semi-polémique, qui nous met la puce à l’oreille : « le président a pris la tête de la croisade pour mobiliser le Conseil de sécurité des Nations unies et puis la Ligue arabe et l’Union africaine », a-t-il dit lundi 21 mars, le malheureux, sur Le Figaro.fr dans un « talk ».

Chez Dassault, dont il rentabilise enfin les Rafale, il devait se sentir en confiance. Toute la sainte cléricocratie de lui illico tomber sur le râble, c’est le jeu. Mais c’était encore le ministre allemand des Affaires étrangères allemand, Guido Westerwelle, qui avait estimé il y a une semaine qu’il était « essentiel que nous ne donnions pas l’impression qu’il s’agit (…) d’une croisade chrétienne contre des populations de croyance musulmane ».

Pour moi, je croyais avoir compris depuis quelques années, en suivant les arguments des doctes de plateaux-télé, que la France – et, partant j’imaginais le reste de l’Europe et les Etats-Unis – était diverse, plurielle, musulmane comme juive comme athée comme chrétienne. J’avais même cru saisir, à la suite de vagues cours d’histoire et à la lecture d’excellents ouvrages[1. Comme Le Christ s’est-il arrêté à Tizi-Ouzou ?, de Salah Guemriche, Denoël, 2011] qu’il y avait des chrétiens et des Juifs au Maghreb et au Machreq, très anciens ou très nouveaux. Bref, que les nations en présence étaient des sociétés ouvertes, comme toutes celles qui désormais couvrent la surface de la terre.

Il semble que ce ne soit pas le cas, et que tous les pilotes de chasse français, comme tous les marins du Charles de Gaulle, comme tous les fonctionnaires des ministères de la Défense et des Affaires étrangères, de Matignon et de l’Elysée soient de gros blancs bien poilus et bien catholiques. D’ailleurs j’en discutais avec mon curé dimanche soir. Il regrettait que Mgr Vingt-Trois ne soit pas monté en chaire pour bénir Nicolas Sarkozy, notre nouveau Bouillon, lui confiant le soin de délivrer le tombeau de Simon de Cyrène qui doit se trouver pas loin de Benghazi. En tout cas, par toute la terre, les prières de deux milliards de chrétiens accompagnent l’Ordre des Templiers dans sa sainte mission. J’espère que vous me croyez.

Le Christ s'est arrêté à Tizi-Ouzou: Enquête sur les conversions en terre d'islam

Price: 23,35 €

18 used & new available from 3,23 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Algorithme n’ blues
Next article Le Hamas au secours de Damas
est journaliste et essayiste.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération