Des étudiants de Sciences-Po Rennes ont fait de l’affaire Dreyfus un jeu, un « escape game » pour mieux réviser votre histoire. 


François Truffaut disait qu’un jour – le temps et l’oubli faisant leur œuvre – les critiques de cinéma ignoreraient les films de Murnau. Il arrivera peut-être un jour, aussi, où les étudiants de Sciences-Po auront oublié l’affaire Dreyfus.

« J’accuse » fait mumuse

Ce temps n’est pas encore advenu, bien que la récente organisation saugrenue d’un « escape game » sur le sort du célèbre capitaine dans les murs du musée de Bretagne laisse songeur. Quoi de plus rigolo qu’un « escape game », ce jeu de rôle grandeur nature, dans lequel il faut parfois s’évader d’une pièce en résolvant des énigmes, parfois enquêter sur un thème ?

A lire aussi: Alain Finkielkraut: « Je ne compare pas Fillon à Dreyfus, mais… »

L’initiative vient d’étudiants en quatrième année de Sciences-Po Rennes. « J’ai déjà participé à un escape game où il fallait tenter de sauver le président Kennedy ou de retrouver une statuette volée par des Yakuza

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Avril 2019 – Causeur #67

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite