Home Brèves “Y’a pas que de la pomme…”


“Y’a pas que de la pomme…”

“Y’a pas que de la pomme…”

C’est le site web de Paris Match qui nous l’apprend cette semaine : manger régulièrement des pommes pourrait réduire le risque de fracture osseuse. Et si l’on n’est pas forcé de croire tout ce qu’on lit chez le coiffeur, on peut raisonnablement se fier à la source d’origine de l’info, à savoir l’American Journal of Clinical Nutrition. L’étude à l’origine de ce scoop, menée par des chercheurs de l’université McGill de Montréal, attesterait que manger des fruits et des légumes – et singulièrement des pommes – rend le squelette plus solide; accessoirement, les résultats sont, c’est injuste mais c’est comme ça, encore plus probants chez les femmes que chez les hommes.

Hélas, nos honorables chercheurs québécois n’ont toujours rien trouvé sur une éventuelle corrélation entre l’ingestion de pommes et la réduction de la fracture… sociale cette fois-ci. La réduction de la « fracture sociale », écho vintage des temps anciens… Encore un gimmick électoral chiraquien des années 90 qui ne se vérifiera pas…

A trop vouloir réduire les « fractures », un jour ou l’autre, d’ailleurs, on tombe sur un os. La sombre affaire du mystérieux embrasement spontané de l’autobus de Karachi le démontrera peut-être…


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Pour oublier Dantzig, lisez Martinez !
Next article Villepin, fenêtre sur cour
Il est l’auteur de L’eugénisme de Platon (L’Harmattan, 2002) et a participé à l’écriture du "Dictionnaire Molière" (à paraître - collection Bouquin) ainsi qu’à un ouvrage collectif consacré à Philippe Muray.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération