Des Français sont séduits par l’idéologie islamiste, d’autres refusent de condamner les crimes terroristes de cette doctrine ou de se soumettre aux lois de la République française. Et si tout cela n’était que la suite logique à la décadence d’une civilisation amorcée il y a plus de deux siècles avec la mise au ban de ses dieux? Si le mal est si profond, le projet de loi visant à lutter contre le séparatisme islamiste est-il alors à la hauteur de l’enjeu? Analyse.


Religion, quand tu nous tiens…

Chez tous les animaux sociaux, des souris à l’humain en passant par les singes, la vie en communauté est régie par des règles dont l’objectif est de promouvoir les comportements d’entraide et de limiter les comportements néfastes : les comportements altruistes sont bons et récompensés, les comportements qui nuisent aux autres et menacent la cohésion du groupe sont mauvais et punis.

Chez l’homme, ces règles constituent la morale et s’expriment et se transmettent via les religions, au sens large du terme.

A lire aussi, Françoise Bonardel: Se séparer? Quelle bonne idée!

La religion, qui organise la vie des individus au sein de la nature sur le mode de comportements encouragés et d’interdits à travers des rites et des traditions, est un système moral qui a la particularité de faire reposer ses règles sur des croyances communes. Du naturisme à l’animisme, du chamanisme au christianisme, il est toujours question d’une communauté unie autour d’une interprétation du monde, de lois et de gestes rappelant les rapports des hommes entre eux et avec la nature. Dès lors, la vie en société est-elle possible sans ce lien spirituel ? Des lois se voulant uniquement le produit de la raison humaine et donc sans cesse remodelées par les hommes peuvent-elles garantir la pérennité d’un peuple ? Donner à chaque individu appartenant à ce peuple un attachement tel à sa communauté qu’aucun sacrifice ne lui paraisse trop grand pour elle ?

L’inquiétante étrangeté d’une société sans dieu

La laïcité, qui s’inscrivait dans le prolongement des Lumières avec le triomphe de la raison et de la science, a donné à la France un système moral clivé : l’État organisait la vie des citoyens sans l’intervention des croyances religieuses et le citoyen pouvait dans la sphère privée organiser sa vie sur la base de ses croyances. Le schisme opéré par la laïcité a privé la communauté française d’une spiritualité commune. Ce n’est pas un hasard si ceux qui tiennent au roman national font commencer l’histoire de France au baptême de Clovis.

Voilà notre nation qui s’en va affronter, avec ses mots auxquels elle prête trop de pouvoir (à l’heure où 160 caractères suffisent pour débattre) et ses lois nationales (que l’Union européenne regarde avec condescendance) un monstre dont elle a probablement sous-estimé l’endurance…

Les catholiques qui priaient devant les parvis d’églises il y a un mois alors que les messes avaient été interdites par les mesures sanitaires pour lutter contre la Covid-19 manifestaient un besoin vital de communion.

Des catholiques se rassemblent devant l’église Saint-Sulpice à Paris pour protester contre l'interdiction de célébrer les messes imposée par le gouvernement et confirmée par le Conseil d'État. © JEANNE ACCORSINI/SIPA Numéro de reportage: 00991058_000028.
Des catholiques se rassemblent devant l’église Saint-Sulpice à Paris pour protester contre l’interdiction de célébrer les messes imposée par le gouvernement et confirmée par le Conseil d’État. © JEANNE ACCORSINI/SIPA Numéro de reportage: 00991058_000028.

La France, l’un des pays qui compte le plus d’athées au monde et qui connait la plus forte baisse en croyants, a cru que la raison triompherait et se propagerait dans les esprits aussi bien que le font les croyances religieuses. Croire que les sciences et l’éclairage qu’elles nous donnent de nous-mêmes suffiraient à combler le manque

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite