Home Brèves Salon de l’échec, une réussite !


Salon de l’échec, une réussite !

Comment gérer un échec sentimental et/ou un désastre financier à la suite d’une rupture, voilà ce que propose sans rire le “Salon du divorce, de la séparation et du veuvage” qui se tient à l’espace Champerret à Paris ce week-end.

Selon les organisateurs et les nombreux sponsors, qui ont flairé le bon filon, 11 millions de personnes sont actuellement en “rupture d’union” (sic), autant dire un gros marché encore mal exploité. Partant de ce constat, ils envisagent froidement la création d’une nouvelle profession : le “divorce planner”, aux missions diverses, qui vont du juridique au relooking, de psychothérapie à l’amincissement, sans oublier les poudres de perlinpinpin. L’important, on se tue à vous le dire, c’est de positiver l’échec.

Jusqu’à ce soir, on pourra donc tirer profit de conférences sur les désavantages financiers et fiscaux du désastre : “Dissimulation de revenu, sous-évaluation du patrimoine, intérêts cachés, montage financier occulte… Comment faire pour le prouver ?” (Didier Rauch, groupe Avera), mais aussi envisager l’avenir pour se recaser. Jean-Louis Goin expliquera “La place de la chirurgie esthétique dans la reconquête de son image”, Emmanuelle Grabat (EMP Conseil) proposera “Le marketing relationnel, développer son réseau de relations et construire un projet pour un nouveau départ” ; le Dr Hazout, nutritionniste, proposera, quant à lui, de “reconstruire son alimentation et de retrouver enfin son énergie en mincissant”, et si ça ne va pas mieux, il restera toujours “Les fleurs de Bach, une méthode simple et naturelle pour harmoniser vos émotions” (Martine Viniger, Jardin d’Iris) … Avec tout ça, on est armé pour le prochain divorce. On ne pourra pas dire qu’on a été pris(e) en traître(sse).

Pendant qu’on y est, pourquoi ces génies du marketing n’ont-ils pas encore lancé le Salon de l’euthanasie, dont le potentiel commercial et juridique est incontestable et les conférenciers nombreux ?


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Pub intempestive : avis à nos lecteurs
Next article Islam : je sais que je ne sais pas
Tristan Brillat est critique gastronomique, toujours de bon appétit et parfois de mauvaise humeur. <a href="http://carnet.causeur.fr/gastro">Table ouverte sur son Carnet.</a>

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération