Home Édition Abonné Attention aux masques noirs!

Attention aux masques noirs!

Attention aux masques noirs!
Une youtubeuse teste un masque noir
Une youtubeuse teste un masque noir

Beauté, que de crimes on commet en ton nom ! Depuis quelque temps, sur internet, le « masque noir » est à la mode. Il s’agit d’une pâte cosmétique à base de charbon qui fait fureur pour désincruster la peau et éliminer les boutons disgracieux.

Le problème est que ces masques noirs, d’après de nombreuses informations, provoquent le plus souvent de sérieuses irritations, des démangeaisons voire des brûlures, au point que la FEBEA, (fédération des entreprises de la beauté) demande l’interdiction de trois d’entre eux, fabriqués en Chine, et déplore qu’aucun de ces produits, pourtant achetés sur un site français, ne soit étiqueté en français, ce qui est pourtant obligatoire ».

Certes, le Baudelaire d’Éloge du maquillage remarquait avec justesse que « le maquillage n’a pas à se cacher, à éviter de se laisser deviner ; il peut, au contraire, s’étaler, sinon avec affectation, au moins avec une espèce de candeur », mais certainement pas au point de transformer la jolie femme en créature issue d’un film gore.

Comme la FEBEA recommande de vérifier[access capability=”lire_inedits”] « la liste des ingrédients, le numéro de lot, le nom et l’adresse de la personne responsable », les utilisatrices (et les utilisateurs car les hommes aussi veulent être beaux) pourront se rassurer avec Ovide qui, en personne très responsable, donne dans son Art d’aimer la recette d’un peeling sans danger, et bio de surcroît : « Comment, au sortir du sommeil, donner de l’éclat à la blancheur de votre teint ? Dépouillez de sa paille et de son enveloppe l’orge que nos vaisseaux apportent des champs de la Libye, prenez-en deux livres et détrempez-le avec de l’ers, en égale quantité, dans une dizaine d’œuf. Quand ce mélange aura été séché au grand air, faites-le broyer par une ânesse sous une meule rocailleuse. »

Il ne vous reste qu’à trouver l’ânesse et la meule, et à penser à une autre source d’approvisionnement que la Libye qui connaît quelques problèmes ces temps-ci. Mais enfin, il faut savoir ce que vous voulez. Votre beauté est à ce prix.[/access] 

Juin 2017 - #47

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Mes haïkus visuels: Hong Sang-soo, Altenberg, Freud, etc.
Next article Milky Chance, un album indien pour l’été!
Jérôme Leroy est écrivain et membre de la rédaction de Causeur. Dernier roman publié: Vivonne (La Table Ronde, 2021)

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération