Home Brèves Les morts de catégorie A. Et les autres.


Les morts de catégorie A. Et les autres.

Vous venez de mourir à cause du virus H1N1. Je sais, c’est désagréable. D’autant plus que vous n’avez pas de chance. Comme nous l’indique l’Institut de Veille Sanitaire, vous étiez 111 au 4 décembre. Statistiquement, c’est rageant. Consolez-vous néanmoins, votre décès sera médiatisé et vous aurez ce fameux quart d’heure de célébrité cher à Andy Warhol puisque toutes les télés, toutes les radios et tous les journaux parleront de votre sort funeste. Ce ne sera pas le cas, en revanche, pour les victimes de cancers d’origine professionnelle. Le même INVS situe leur nombre dans une fourchette annuelle allant de 6 000 à 12 500 décès. L’équivalent d’une petite guerre tout de même. La plupart des média, sur cette question, observent pourtant un grand silence pudique. Quant aux accidents du travail, il ne faut pas rêver. La seule chance d’existence médiatique pour un ouvrier du bâtiment qui se fracasse en tombant d’un échafaudage serait que sa chute soit consécutive à un éternuement dû à la grippe A. Sinon, vous pouvez circuler, y a rien à voir.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Afghanistan : toujours plus, toujours rien
Next article South Park, ça troue le cul !
Jérôme Leroy est écrivain et membre de la rédaction de Causeur. Dernier roman publié: Vivonne (La Table Ronde, 2021)

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération