Un vent de panique souffle sur l’esquif Juppé, ce Titanic qui a pris l’eau dimanche soir. Pensez-y : quinze points d’avance pour François Fillon, c’est une Berezina annoncée pour l’ancien chouchou des sondages et des Inrocks. Du coup, les juppémaniaques s’emploient à éviter l’inexorable, quitte à tirer comme des sourds sur le probable candidat LR à la présidentielle. Pour l’autocritique, on repassera : l’idée est de poursuivre la stratégie du premier tour, celle d’un Juppé multiculti, ouvert, tolérant et presque de gauche, sorte de Justin Trudeau alopécique, la jeunesse et les abdos en moins.
Un virage tactique rend néanmoins le combat nettement plus âpre : le général Juppé ayant décidé de ne plus se la jouer au-dessus de la mêlée et de couvrir Fillon de bouse, ses lieutenants suivent. Et ce n’est pas beau à voir. Juppé a beau quasiment vouer Poutine à la Cour pénale internationale (une rupture avec le chiraquisme qu’il assume peu…), sa guérilla anti-Fillon lui fait larguer des barils d’explosifs avec la précision de l’aviation russe à Alep.

Premier argument, Fillon est soutenu par « Sens commun », le courant Manif pour tous des Républicains. Remaquillés pour l’occasion en cathos ultras, ces militants LR seraient des Savonarole en Cyrillus en ce qu’ils s’opposent au mariage pour tous. Qu’importent les louvoiements de Juppé, favorable à une réécriture complète de la loi Taubira il y a encore deux ans


… puis auteur d’un spectaculaire revirement en novembre 2014, lorsqu’il confia aux Inrocks sa soudaine conversion au mariage et à l’adoption pour tous. Plus pourtoussiste que lui tu meurs, Juppé torpille aujourd’hui Fillon pour avoir accueilli Frigide Barjot à son dernier meeting. Même l’aile gauche de la Manif pour tous, poussée vers la sortie par la tendance plus conservatrice que représente Ludovine de la Rochère, serait donc infréquentable aux yeux du deuxième des primaires… Dans la foulée, AJ exhorte son meilleur ennemi à « clarifier » sa position sur l’IVG. Personnellement hostile à l’avortement (ah, ces catholiques !), à l’instar de Bill Clinton en son temps, Fillon n’a jamais remis en cause la loi Veil. Mieux, en tant que député, il a voté toutes les lois facilitant son accès, y compris la dernière en date qui sanctuarise la loi Veil en faisant de l’avortement un droit à part entière. Mais, fi des détails, pour un impétrant en fâcheuse posture électorale, l’occasion fait le larron…

Divine surprise, quelques escogriffes d’extrême droite ont décidé d’appliquer une stratégie Tout sauf Juppé qui les fait (appeler à) voter Fillon au second tour de la primaire : Rispote laïque, Henry de Lesquen, patron de Radio courtoisie et twitteur impénitent, Jacques Bompard, maire Ligue du Sud d’Orange et Aymeric Chauprade, eurodéputé en rupture de ban avec le FN en quête d’un strapontin de rechange.

Que n’ont fait ces pieds nickelés ! Pain bénit pour le camp Juppé. Le généralissime a beau jeu de déclarer « depuis quelques jours les soutiens d’extrême droite arrivent en force » et de craindre la marche sur Paris des hordes brunes. On n’attrape pas l’électeur bobo avec du vinaigre…

Des amalgames aux citations tronquées

Tous les moyens sont bons pour se refaire une santé dans les urnes. Lorsque l’amalgame n’y suffit plus, reste la citation tronquée. Car l’accusation suprême manquait encore au procès de Fillon. Pédophile ? Assassin de vieilles dames ? N’est pas Landru ou Petiot qui veut. On exhumera donc une phrase de Fillon qui apparaîtra d’autant plus ambiguë isolée de son contexte et retwittée de façon à instiller le soupçon. Cela donne : « on a combattu la volonté des Juifs de vivre dans une communauté qui ne respectait pas toutes les règles de la République française ». Sauf que l’ancien Premier ministre (et tombeur) de Sarkozy s’en prenait au communautarisme musulman, érigeant a contrario l’intégration des juifs et les compromis qu’avait accepté le Consistoire comme un exemple à suivre pour l’islam de France.

Un agent iranien

Histoire de transformer cette pluie de coups bas en déluge, le ministre des Affaires étrangères de Sarkozy[1. Rappelons qu’Alain Juppé dirigeait le quai d’Orsay sous l’autorité d’un certain François Fillon, à l’époque où Nicolas Sarkozy menait la catastrophique guerre de Libye.] en rajoute une couche sur le terrain géopolitique : « Quand j’entends François Fillon nous dire qu’il faut s’allier à l’Iran… Je voudrais rappeler que l’Iran, c’est le Hezbollah au Liban. Et le Hezbollah, c’est une organisation terroriste qui veut éradiquer Israël de la carte du Proche-Orient. » assène Juppé. Fillon = Nasrallah. Tout cela parce que l’ex-« collaborateur » de Sarkozy a eu le malheur de proposer un dialogue tous azimuts pour résoudre la crise syrienne, à la manière de la diplomatie russe négociant à la fois avec Israël et l’Iran. Catho tradi et complice des mollahs, faut le faire ! Aussi consternant que certaines invectives haineuses contre « Ali Juppé » (sic), ce genre de calembredaines nourrit la webpropagande anti-Fillon :

Le tweet d'un militant "anti-homophobie"

Le reste est à l’avenant. Je passe sur l’accusation de quasi-complicité de crimes de guerre que les plus juppémaniaques lancent contre le probable vainqueur de la primaire (faire dire à Fillon « Il n’y a pas de crime de guerre à Alep » le rend de facto solidaire des armées russe et syrienne, autrement dit complice d’Assad et Poutine, rien que ça !). Notez qu’en matière de russolâtrie, Fillon a encore quelques progrès à faire…

… aidé par des pirates russes !

Pour la presse degôche, entichée de Juppé comme jadis de Balladur (avec la même fortune électorale à la clé !), Fillon est le nouvel homme à abattre. Oublié Sarko, le troisième homme, il faut faire feu sur l’affreux :


Sans s’embarrasser de détails, L’Obs impute à l’agit-prop’ virtuelle des « trolls de Poutine » la remontée spectaculaire que Fillon a engagée dans les derniers jours de la campagne. Il y a donc complotisme et complotisme : dès lors qu’une thèse dessert Trump, Fillon et l’axe du Mal, la causalité diabolique a droit de cité.

Rien ne dit que le tombereau d’injures, raccourcis et calomnies en tous genres déversés sur le chef de Fillon fera les affaires de Juppé. Cette stratégie de la terre brûlée inquiète en tout cas jusqu’aux fidèles du « meilleur d’entre nous », du sénateur LR François Cornut-Gentille à son collègue de l’Assemblée Hervé Mariton, figure de la Manif pour tous rallié à Juppé (tiens, tiens…). Si la diabolisation suffisait à dégonfler l’adversaire, il en serait fini du Front national depuis longtemps…

Le plus poilant dans cette histoire, c’est que la sagesse vient d’un éditocrate de la gauche de la gauche qui se prend habituellement un peu trop au sérieux, Daniel Schneidermann. Lassé de ses joutes avec Bourdieu, le héraut autoproclamé de la liberté d’expression résume à merveille l’alternative que devra trancher le peuple de droite,  « un choix déchirant entre un comté 24 mois et un comté 36 mois », avec ordolibéralisme et régime sec pour tout le monde. AJ propose de supprimer 200 000 postes de fonctionnaires là où FF voudrait en raser 500 000. Rivaux jusqu’à la caricature, Juppé et Fillon n’en restent pas moins jumeaux.