Après l’élection d’Emmanuel Macron, nombre de médias français espéraient que le miracle se reproduirait et qu’un big bang adviendrait à l’échelle européenne. Las, de Berlin à Rome en passant par Varsovie et Budapest, l’offensive du président français pour la relance de l’intégration fait un flop magistral.


Dans l’euphorie de l’élection d’Emmanuel Macron, les partisans d’une Europe postnationale substituant toujours plus la souveraineté d’une Union enfin sortie de son marasme à celle des États membres avaient sabré le champagne. Enfin un président français qui ne mettait pas le drapeau bleu étoilé dans sa poche et qui arrêtait, au son de L’Hymne à la joie, une longue séquence déprimante pour les euro-enthousiastes, allant de l’échec du référendum de 2005 sur la Constitution européenne jusqu’au vote pour le Brexit en juin 2016.

Sur France Inter, Bernard Guetta commentait cet événement avec l’enthousiasme d’un Thierry Roland célébrant la victoire des Bleus en 1998.

Face à Vladimir Poutine, Donald Trump et Xi Jinping, ces géants planétaires et malveillants, surgissait enfin un homme capable de redonner au Vieux Continent l’élan vital pour sortir de ses querelles internes et jouer dans la cour des grands.

L’enlèvement de l’Europe

D’éminents augures annonçaient un alignement des planètes favorable à l’UE : l’influence néfaste de Londres sur la marche de l’Europe vers son intégration étant éliminée, place nette était faite pour une harmonie franco-allemande restaurée, guidant les peuples du continent vers un avenir glorieux, dans la paix et la prospérité. À la solidité d’une Angela Merkel en passe d’obtenir un quatrième mandat, venaient s’adjoindre l’énergie et l’enthousiasme européen d’un jeune président français dont l’élection avait fait pousser un soupir de soulagement, à Bruxelles et à Berlin : on s’était, là-bas, tellement fait peur avec la perspective d’une Marine Le Pen à l’Élysée ! Celui qui l’avait terrassée était so young, so smart, so people : on le célébrait seul ou avec Brigitte, dans les palais comme dans les chaumières, dans les quotidiens austères comme dans les magazines sur papier glacé.

À cette version moderne du triomphe à la romaine, il manquait l’esclave chargé de tenir la couronne de laurier au-dessus de la tête du vainqueur et de lui murmurer sans cesse « memento mori », « souviens-toi que tu n’es qu’un mortel »… Emmanuel Macron prit donc le soupir de soulagement de nos voisins pour des acclamations en sa faveur.

Moins d’un an plus tard, l’hubris du président Macron lui a, en matière européenne, fait commettre quelques bourdes dont les conséquences sont aujourd’hui évidentes, sauf pour ceux qui s’obstinent à ne pas les voir. Jamais, dans la période récente, la France n’a été aussi isolée de ses partenaires européens que depuis l’arrivée de Macron à l’Élysée, jamais notre pays n’a essuyé autant de rebuffades.

Que reste-t-il aujourd’hui de l’élan européen du nouveau président ? À en juger par son discours du 17 avril devant le Parlement de Strasbourg, pas grand-chose : pas de propositions décoiffantes comme à la Sorbonne, mais une dramatisation surjouée mettant en garde c

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Causeur #57 - Mai 2018

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite