Home Brèves Daniel Darc, le sulpicien


Daniel Darc, le sulpicien

Il disait que son enfer, c’était ici, sur cette terre, et que la drogue lui permettait sinon de l’affronter, au moins de le supporter. Son voyage en enfer s’est arrêté le 28 février 2013, dans un appartement désert du XIe arrondissement de Paris. On ne pouvait pas imaginer la beauté de cet homme, autrefois, quand on le voyait si fragile, voûté, le corps comme transpercé de traits invisibles, fracturé, douloureux. Il avait surpris tout le monde avec son dernier disque[1. La Taille de mon âme, nov 2011, 16 titres, Sony / Jive Epic.], remarquable, œuvre ultime d’un artiste de variétés radical. On le disait subclaquant, effaré, mais il était revenu apaisé, considérant avec joie l’avenir. Sur scène, récemment, il semblait contempler une lueur cachée. De sa voix tendre d’adolescent, il disait les simples mots des hommes perdus.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Derrière les remparts…
Next article Un mot pour un autre
Né à Paris, il n’est pas pressé d’y mourir, mais se livre tout de même à des repérages dans les cimetières (sa préférence va à Charonne). Feint souvent de comprendre, mais n’en tire aucune conclusion. Par ailleurs éditeur-paquageur, traducteur, auteur, amateur, élémenteur.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération