Par la voix de son leader, un nouveau concept vient donc de faire irruption dans le champ sémantique de la France Insoumise (LFI). Créolisation. Un truc dont seuls quelques intellectuels ont du entendre parler. Quand on fait une recherche sur internet, le concept renvoie tout de suite au philosophe et poète martiniquais Edouard Glissant. Telle que ce dernier la conçoit, « la créolisation est la mise en contact de plusieurs cultures ou au moins de plusieurs éléments de cultures distinctes, dans un endroit du monde, avec pour résultante une donnée nouvelle, totalement imprévisible par rapport à la somme ou à la simple synthèse de ces éléments ». Cette pensée mérite sans doute d’être étudiée, approfondie et discutée. Et Mélenchon pourra toujours nous la jouer « cultivé » en s’appuyant sur les différentes facettes philosophiques que peut posséder ce concept dans les prochaines semaines.

Mais il ne faut pas être dupe. 

La dimension philosophique n’est pas l’unique souci du leader de LFI. Elle est certes une base arrière intellectuelle dans laquelle il pourra toujours aller chercher un stock d’arguments. Toutefois ce que retiendront à la fois le Français moyen et le sympathisant LFI c’est une idée beaucoup plus simple : la créolisation, c’est en fait le métissage, le mélange des gens comme des cultures. 

Méluche provo

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite