Home Brèves Champagnus Horribilis ?


Champagnus Horribilis ?

Agacée par les critiques de ses sujets qui brocardent systématiquement le champagne forcément français servi à Buckingham jusque sur le menu du mariage de son petit-fils, Elizabeth II a décidé d’appliquer la devise, pourtant américaine, My country, right or wrong.

En faisant planter 16 000 ceps de Chardonnay, pinot Meunier et pinot noir dans le parc de son château de Windsor, la reine servira désormais son propre nectar, estampillé 100% britannique.

Quand on sait que le seul moyen de ne pas trop s’ennuyer lors d’un dîner officiel à Buckingham et de supporter le protocole lourdingue était de s’alcooliser méthodiquement avec une des meilleures caves d’Europe, cette décision risque de rendre les dîners officiels proprement insupportables.

On doute en effet que le futur Windsor brut, demi-brut ou doux, même en tenant compte du réchauffement climatique ait quelque chose de commun avec le merveilleux Drappier dont le Général de Gaulle faisait son ordinaire élyséen.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Trente ans et de la poussière
Next article Nos amis les Pakistanais
Jérôme Leroy est écrivain et membre de la rédaction de Causeur. Dernier roman publié: Vivonne (La Table Ronde, 2021)

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération