Quand l’industrie du tabac veut participer à « l’effort de guerre » contre le coronavirus


L’information est tombée le 1er avril. On aurait pu penser à un poisson d’avril. Le cigarettier British American Tobacco (BAT), propriétaire des marques Dunhill, Lucky Strike, Pall Mall, s’est fendu d’un communiqué annonçant que sa filiale américaine Kentucky BioProcessing (KBP) cherche un vaccin contre le Covid-19 (en phase préclinique) avec la capacité de produire 1 à 3 millions de doses par semaine. En 2014, KBP était déjà impliqué dans le développement d’un vaccin contre Ebola (ZMapp), mais resté à un stade expérimental. Aujourd’hui, KBP a cloné une séquence du Covid-19 conduisant au développement d’un antigène déclenchant une réaction immunitaire contre le virus, injecté dans des plants de tabac pour reproduction jusqu’à la récolte. De la sorte, le vaccin serait produit de manière plus rapide (six semaines contre plusieurs mois avec des méthodes traditionnelles). Son concurrent Philip Morris (le propriétaire de Marlboro) dit également chercher un vaccin avec sa filiale Medicago.

A lire aussi: Le Covid accélère la vente en ligne de stupéfiants

Il est piquant de voir les fabricants de tabac annoncer des projets devant contribuer à sauver des vies. Les mauvaises langues diront qu’ils ont besoin de redorer leur blason auprès des autorités de santé qui leur mènent la vie dure, et notamment la FDA aux États-Unis. Le Covid-19 provoque des infections respiratoires aiguës qui peuvent être très sévères, voire entrainer le décès, et le tabagisme est un facteur aggravant. En France, le nombre de morts liés au Covid-19 vient de passer la barre des 10 000, tandis que le nombre de décès attribuables au tabac serait de 73 000 par an. Le rapport reste donc sans commune mesure et l’on pourrait donc penser à une vaste fumisterie.

Le nouveau monde qui se dessine est étonnant : les fabricants de cigarettes cherchent des vaccins et les fabricants d’alcool (Pernod Ricard, Remy Cointreau…) fabriquent du gel hydroalcoolique. Les valeurs du vice chercheraient-elles à se racheter une vertu (en bourse tout du moins)? Il y a fort à parier que tout cela ne soit qu’un écran de fumée.

Lire la suite