Une préface fraternelle de Jerôme Leroy – « Le goût, le temps et la mélancolie » – et des chroniques de Thomas Morales : nous sommes en territoire connu et aimé. Il est vrai que ces deux plumes nous enchantent de leurs mots, chaque week-end, sur Causeur. On retrouve d’ailleurs dans Lectures vagabondes des textes de Morales lus ici, semaine après semaine. Délicatement recueillis, ils prennent un nouvel envol, à la grâce toujours efficace.

Leroy, pour ceux qui ne connaîtraient pas Morales, n’ayant ouvert ni Mythologies automobiles ni son Dictionnaire élégant de l’automobile, se charge des présentations : « Thomas est affligé d’un double handicap presque rédhibitoire pour survivre aujourd’hui : il est nostalgique et il aime le style. » Thomas, on le comprend aisément, ne pourrait s’appeler Macron, Morano ou Rebsamen. Il possède d’autres lettres de noblesse, qui font de lui un descendant de Paul Morand – Mon plaisir en littérature – et de La liberté de blâmer de Renaud Matignon. Deux auteurs à l’honneur dans ses articles buissonniers, avec tant d’autres dont on ne se lasse pas de tourner les pages. Qui, aujourd’hui, évoque Creezy de Félicien Marceau, Jacques Perret ou encore Albert Cossery ?

Si Morales est un homme de goût, il est surtout d’une élégance folle. Il joue sur du velours côtelé, se grimant en critique littéraire, dans un immonde qui ne lit plus, pour nous faire passer, en fraude charmante, son idée de la dolce vita à la française. Selon les jours et les livres,  il aime la vitesse et la lenteur, les âmes damnées et les cœurs rouge vif, l’ennui et les slows, les charmants petits monstres et les longues jambes des actrices oubliées. Liste non-exhaustive. Il ne néglige ni la poésie, s’y essayant avec talent, ni les dictionnaires chics. On devine que le prix Nobel de littérature attribué à Patrick Modiano a dû le réjouir. Il taquine Jean d’Ormesson, à la manière de Bernard Franck griffant, dans « Grognards et Hussards », Jacques Laurent, Roger Nimier et Antoine Blondin. L’admiration, parfois, ne déteste pas les pieds-de-nez.

D’un écrivain l’autre, Morales esquisse surtout sa géographie intime et universelle, où il cultive l’art de la fugue. Paris-Berry, pour lui, est à la fois un petit bijou signé Frédéric Berthet et la ligne claire de ses flâneries. Ça ne l’empêche pas de voyager en Italie, sur une mélodie de Lilicub. A son retour, une chambre l’attend à l’hôtel de la Plage, à Locquirec. Nous ne serions pas surpris qu’il enlace la jeune Sophie Barjac, tandis que Mort Shuman chanterait « Un été de porcelaine » et que, dans l’air, flotteraient des volutes de Craven A.

Lectures vagabondes, finalement, n’est pas un recueil d’articles. Thomas Morales signe bien plus le roman de « la douceur des choses ». Ce sentiment bizarre, si cher à Paul-Jean Toulet et incompréhensible à beaucoup, que Morales éclaire d’une fulgurance : « Juste partager trois minutes de bonheur, voire plus si affinités. » Mission accomplie, Thomas.

Thomas Morales, Lectures vagabondes, La Thébaïde, 2014

*Photo: Flickr/grazie davvero

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
est écrivain.
Lire la suite