Entre la « race » et la « classe », le nouveau président des Etats-Unis a fait son choix : en matière de lutte contre les discriminations, ce sont les plus pauvres, quelle que soit leur origine, qu’il faut aider. Et eux seuls. Du coup, ses deux filles noires « privilégiées par la vie » (selon lui) ne bénéficieront pas de l’affirmative action version Obama. A l’entrée d’Harvard, par exemple, elles devraient donc logiquement être discriminées en faveur de jeunes blancs défavorisés. Funny, isn’it ?

Lire la suite