Si c’est pas malheureux ! Le 14 janvier, nos amis de la Philharmonie (de Paris) auraient pu se doucher à la Veuve Clicquot. Un an, un million de pèlerins, succès inespéré. Mais voilà. Un seul être vous manque : le père putatif de la Philharmonie, celui qui l’a voulue (Michel Schneider, autrefois Monsieur musique au ministère de la Culture, l’avait baptisé « statue du quémandeur »), celui qui, malade, finit par l’avoir sans jamais la voir, Pierre Boulez.

En voilà un cadeau d’anniversaire. Mardi 5, une semaine avant la bamboula, Pierre-le-grand passe l’arme à gauche. Arme qu’il eut pointue, croyez m’en. Quiconque entendait autrement que lui ou disait autrement que lui se faisait traiter de sourd, de sentimental, de primaire timoré, de paresseux, d’attardé (sans imagination, j’emprunte mon glossaire à un seul article de Boulez, qui date de 1952, toute une époque). Il y avait lui et « les médiocres ».

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Lire la suite