Il n’ y a pas besoin des analyses de la brillante fondation socialiste de droite Terra Nova pour estimer que décidément l’électorat des pue-la-sueur, ce n’est pas franchement utile pour un PS moderne, centriste et européen. Il suffit tout simplement de laisser les classes populaires continuer à s’auto-exclure de tous les scrutins en ne menant aucune initiative auprès d’elles pour les inciter à s’inscrire sur les listes électorales.

Les partis politiques « de gouvernement », et pas seulement le PS, feignent de s’apercevoir que la clôture de ses inscriptions est proche et que les jeunes, des quartiers populaires notamment, ne répondent pas présent. Et de pleurer des larmes de crocodile sur cette défaite civique. François Hollande, par exemple, s’est avisé le 20 décembre, avec la force de conviction qu’on lui connaît : « Beaucoup de jeunes croient être inscrits automatiquement. Il n’y a pas d’inscription automatique, il faut faire la démarche.». Monsieur est trop bon.

Cette placidité dangereuse qui flirte avec l’indifférence a énervé jusque dans les rangs de ses partisans et du MJS qui ont tenté de montrer que leur candidat n’avait pas le monopole de cette indifférence : « Cinq millions d’euros pour la campagne sur la réforme des retraites, zéro euro pour la campagne d’inscription sur les listes électorales. On voit que pour le gouvernement, un bon jeune est un jeune qui n’est pas inscrit et qui ne vote pas », a déclaré le président du MJS, Thierry Marchal-Beck.

La naïveté d’un socialiste, surtout quand il est jeune, est simplement de croire que c’est un gouvernement de droite qui va l’aider à créer un électorat qui lui serait probablement hostile. Alors, ne pleure pas, camarade, et plutôt que d’attendre une campagne de com, fais plutôt du porte-à-porte. Tu verras que ça marche aussi, et même mieux… Ça s’appelle militer.

Lire la suite