À l’entrée « Chrétiens » du nouveau dictionnaire des idées reçues, on pourrait écrire avec la concision flaubertienne : « Persécutés ». Voilà bien quinze ans en effet que rapports, discours, livres, enquêtes, documentaires se succèdent et s’empilent pour tenter de cerner le sujet. Le malheur veut que ce sujet soit vaste comme le monde et que, pour traîner ci et là dans les esprits comme un lieu commun, il n’en désigne pas moins une réalité. Malgré son titre bâtard comme une circonlocution qui n’arriverait pas à désigner réellement son objet, Le Livre noir de la condition des chrétiens dans le monde, très gros ouvrage qu’ont dirigé trois pontes du catholicisme européen – Mgr di Falco, évêque médiatique français, Timothy Radcliffe, sujet britannique anciennement général des dominicains, et Andrea Riccardi, fondateur de la Communauté de Sant’Egidio, très influente en Italie dans le service des pauvres et le dialogue interreligieux – en renouvelle cependant l’approche. Les 70 spécialistes qui traitent la question ne sont pas d’abord des analystes en chambre, mais des hommes de terrain, clercs ou laïcs, qui témoignent de ce qu’ils ont vu, ou même de ce qu’ils ont subi directement.

Le Livre noir de la condition des chrétiens dans le monde, dir. Jean-Michel di Falco, Timothy Radcliffe, Andrea Riccardi, XO, 2014.

Photo : Vianney Le Caer/SIPA/1408160944

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Jacques de Guillebon
est journaliste et essayiste.est journaliste et essayiste.
Lire la suite