Appuyé par une oligarchie, Emmanuel Macron s’est jeté dans l’idéologie. Et elle est tout sauf nationale…


La fulgurante ascension d’Emmanuel Macron, énarque de 38 ans passé en quelques semaines du rang de ministre socialiste à celui de chef de l’Etat a défié tout ce qu’on croyait être les usages établis. Court-circuités les passages tenus jusque-là pour obligés du cursus honorum : élu local, député ou sénateur, président de commission. A peine a-t-il été, par le choix de Hollande, quelques mois ministre, un ministre assez classique au demeurant.

S’il est une leçon à tirer d’un tel parcours, c’est que pour arriver aux plus hauts sommets de l’Etat, il vaut mieux s’appuyer sur la classe dirigeante que sur le peuple, comme ont tenté de le faire, chacun à sa manière, Le Pen et Mélenchon. En France, n’est pas Trump qui veut.

L’empereur des grands

Macron ne s’est pas risqué dans cette entreprise sans s’être assuré du soutien de presque tout ce qui dirige la France, voire le monde. Son premier dîner de levée de fonds à Londres, fin 2016, était présidé par un associé de Goldman Sachs. Parmi ses soutiens, les principales fortunes françaises et les étoiles des médias. Bref, la classe dirigeante, la vraie : les grandes fortunes, de préférence immatérielles (mode, numérique, banque), s’affichant de gauche, ou en tous les cas donnant à la gauche des gages et contrôlant un ou plusieurs médias ; pas ces ploucs de patrons de PME encartés à LR ! C’est en s’appuyant sur l’oligarchie internationale et nationale (dans quel ordre faut-il les mettre ?) qu’il a réussi son coup. Comme dit Gilles-William Goldnadel : « Bravo l’artiste ! »

Les marxistes n’en seront bien évidemment pas étonnés. Sinon qu’ils auront à se pencher sur un cas sans doute extrême de ce qu’ils appelaient l’aliénation : l’emballement d’une partie de la gauche pour le candidat de l’oligarchie, au motif qu’il se présente comme « nouveau », voire « ni de gauche ni de droite ».

N’est-ce pas en cela que Macron rejoint Bonaparte ? Au 18 brumaire, le jeune général corse était le champion de tout ce qui avait profité de la Révolution et voulait consolider ses acquis, contre les forces populaires qui auraient pu les remettre en cause. Et la politique qu’il mena (stabilisation de la monnaie, création de la Banque de France, Code civil, Code pénal) fut d’abord au service de la bourgeoisie émergente et de l’aristocratie ralliée.

D’autres l’ont imité : Louis-Philippe, Napoléon III, Thiers, Pétain, Chirac accédèrent aussi au pouvoir suprême en s’appuyant sur les classes dirigeantes. Mais ils ne se réclamaient pas, comme Macron, de la gauche ! A la rigueur peut-on inscrire dans la même série le De Gaulle de 1958 – pas celui de 1940 -, même si les hommes d’argent ne l’acceptèrent jamais vraiment.

François Mitterrand, lui, joua un jeu plus subtil : formellement élu de l’Union de la gauche et donc des classes populaires, appuyé sur le Parti communiste, il n’en avait pas moins dans sa manche la plupart des grandes fortunes françaises, les Bettencourt, les Seydoux, les Riboud, Marcel Dassault lui-même ou des hommes d’influence : Ambroise Roux, Robert Hersant qui tous figuraient parmi ses proches. A l’échelon international, il était discrètement soutenu par Reagan.

Malgré quelques appuis ponctuels et un programme très avantageux pour eux, François Fillon, n’a pas vraiment réussi à séduire les hommes de l’oligarchie.

Bonaparte, lui, a su faire passer le bon sens avant l’idéologie

La puissance politique des grandes fortunes s’est accrue du fait de la mondialisation qui leur assure un contrôle presque total de la trame serrée des réseaux de pouvoir à l‘échelle internationale. Qu’un Donald Trump soit passé au travers des mailles du filet en s’appuyant, au moins en partie, sur le peuple américain contre l’oligarchie, explique ses difficultés actuelles : des pans entiers de l’ »establishment » ne lui pardonnent pas ce qu’ils tiennent pour une usurpation.

Il ne faudrait cependant pas pousser trop loin la comparaison avec Bonaparte. La fougue, la jeunesse, une certaine audace, oui. Mais le génie de Bonaparte – hors de ses aventures militaires dont la responsabilité est débattue -, fut d’avoir été un homme d’un bon sens supérieur. Les institutions fortes qu’il mit en place rapidement, en sus de la Banque de France et du nouvel ordre juridique, déjà cités : les préfets, les lycées, l’Université, étaient marqués du coin de la raison et du sens des réalités. Comme tous les vrais chefs, Bonaparte sut faire prévaloir le bon sens sur les idéologies, qu’elles aient été jacobine ou réactionnaire.

Renier ceux qui l’ont porté

Emmanuel Macron, au contraire, a, au long de sa campagne, enfourché tous les poncifs de l’idéologie technocratique et mondialiste, la même qui provoque depuis des années l’exaspération des Français : Europe supranationale, libéralisation à tout va, ouverture à l’immigration, lutte obsessionnelle contre les discriminations, remise en cause du cadre communal et départemental, etc. Il ne réussira que s’il se décide à aller à l’encontre de tout ce que l’a porté pendant la campagne : on doute déjà qu’il en ait l’audace.

Cette différence est à l’image de la manière dont les classes dominantes ont évolué : au XIXe siècle elles étaient certes libérales mais sans dogmatisme, attachées à l’héritage de la Révolution mais sans rupture avec la tradition et sans utopie, à la fois patriotes et   pragmatiques. La bourgeoisie d’alors était nationale ; celle d’aujourd’hui est transnationale, tournant souvent le dos à la France au bénéfice du grand large : le libre-échange mondial, l’Europe. La bourgeoisie d’aujourd’hui est devenue idéologue, le carcan de l’idéologie lui permettant de mieux affirmer sa domination sur les populations, notamment pas des médias devenus monocolores, mais ses représentants attitrés, Macron pourrait en être assez vite un exemple, n’échappent pas au discrédit qui frappent toutes les idéologies et au rejet populaire qui s’ensuit, d’autant que c’est dans l’espace national que se fonde encore la légitimité.

Il vaut mieux s’appuyer sur l’oligarchie pour accéder au pouvoir, mais il faut savoir le jour venu se débarrasser des idéologies et donner des gages au peuple, dans le cadre national, sinon l’illusion se dissipe vite.

Lire la suite