Home Médias Livre noir, un média nouvelle génération qui compte peser sur la présidentielle


Livre noir, un média nouvelle génération qui compte peser sur la présidentielle

Ce serait peut-être le média de secours si Eric Zemmour devait quitter l’antenne de CNews...

Livre noir, un média nouvelle génération qui compte peser sur la présidentielle
Interview de Marion Maréchal sur "Livre Noir" Capture d'écran YouTube

Alors que Slate vient d’accuser Livre noir de « faire reluire l’extrême droite », qui sont réellement les personnes derrière ce projet ? Quelles sont les ambitions de ce nouveau média de droite qui suscite un engouement sur YouTube depuis son lancement en février ? Enquête.


Lancée le 14 février dernier, la chaîne YouTube « Livre noir » compte déjà plus de 80 000 abonnés et totalise 2 600 000 vues en moins de six mois. La première vidéo, diffusée en février, présente un entretien avec le scientifique et fondateur de Doctissimo Laurent Alexandre. Le médecin inaugurait ainsi une série d’interviews dont le nouveau média s’est jusqu’à présent fait une spécialité. Parmi les vidéos déjà en ligne, les spectateurs sont invités à découvrir les confidences de l’ancienne députée FN Marion Maréchal, du patron des “Patriotes” Florian Philippot, des intellectuels Éric Zemmour et Éric Naulleau, de la journaliste de Valeurs actuelles Charlotte d’Ornellas, du journaliste “réac” du Figaro Ivan Rioufol, du romancier Laurent Obertone, de l’historien Thierry Lentz ou des avocats Régis de Castelnau et Fabrice Di Vizio (lequel est très critique de la politique sanitaire). Il y a aussi le témoignage de la députée LREM Aurore Bergé, celui du journaliste de Libération Jean Quatremer ou du politologue Thomas Guénolé (ancien cadre de La France Insoumise et ex-conseiller d’Arnaud Montebourg). Ce déséquilibre fait au détriment des progressistes laisse Slate persifleur : “Autant dire peau de chagrin si on compare (…) aux vidéos les plus regardées de la chaîne avec, dans l’ordre, Éric Zemmour (700 000 vues), Marion Maréchal (200 000), Charlotte d’Ornellas (140 000) et Florian Philippot (120 000). Ce qui dessine un contour assez précis des attentes du public de Livre Noir” …

Une chambre de 12 m2 dans le 15e arrondissement

Les interviews sont des formats longs, Livre Noir met en ligne un nouvel entretien chaque dimanche à 18h et un entretien avec un expert chaque mercredi soir. Pour le moment, le tournage se fait dans une chambre de 12m2 dans le 15ème arrondissement avec un rideau noir pour seul décor, un fauteuil rouge confortable et trois caméras. « Livre Noir est un tout nouveau média indépendant qui développe un format d’entretiens-portraits de personnalités diverses issues du monde intellectuel, culturel, scientifique, économique et politique ainsi que des entretiens d’experts » peut-on lire dans la présentation de la chaîne. « Son objectif : apporter un regard différent sur les grands thèmes de société contemporains en rupture avec la culture du zapping occupationnel, de la censure et du résiduel » poursuit la présentation. On qualifie communément de « livre noir » un ouvrage à portée politique qui dévoile des mensonges en se basant sur des documents inédits et des témoignages. Livre noir entendrait-il occuper le fameux créneau de la “réinformation” ?

A lire aussi: Elisabeth Lévy: « Je rêve d’un débat Macron-Zemmour »

Notons aussi qu’Éric Zemmour avait lui-même publié en 1998 chez Grasset Le Livre noir de la droite. Coïncidence ? Selon François de Voyer, qui reçoit les invités, ceux-ci sont ravis de leur passage dans le fauteuil rouge car on leur a donné du temps pour se livrer contrairement aux autres médias où le temps de parole est compté. « On essaye d’être le plus neutre et le plus bienveillant. Le but de notre chaîne est de laisser parler, laisser les gens se dévoiler sans les mettre sous pression dans un monde où il y a de moins en moins de temps lors des interviews. Notre objectif est de donner la parole aussi bien à des personnalités de droite que de gauche, que d’ailleurs nous recevons de la même manière quelles que soient leurs opinions » explique François de Voyer qui balaie ainsi les accusations en extrême-droitisme du média Slate… L’objectif de 50 000 abonnés, attendu fin septembre, a été largement atteint avec deux mois d’avance puisque la chaîne dépasse les 80 000 abonnés, grâce notamment à l’entretien exclusif accordé par Éric Zemmour, dans lequel l’écrivain a commenté une citation de l’historien Bainville : « Pourquoi si bien prévoir et pouvoir si médiocrement ? J’ai toujours eu le tort de ne pas viser assez haut, excès de fausse modestie, fausse fierté, méfiance exagérée de soi-même, sentiment d’impuissance ». Développant son envie de passer à l’action, toute une partie de la droite désireuse d’un candidat pour l’Élysée incarnant la continuité historique de la France y a vu une quasi-candidature. Le livre de Zemmour, dont le titre vient d’être révélé, La France n’a pas dit son dernier mot, est très attendu. Depuis quelques semaines, Erik Tegnér et son équipe avaient senti un changement de positionnement.

Un cofondateur passé par l’école de Marion Maréchal

« Ce Thinkerview conservateur est un vrai plaisir ! » commente, ravi, l’un des abonnés de la chaîne sous une des vidéos. En effet, le format choisi par Livre noir ressemble beaucoup à la chaîne Thinkerview (830 000 abonnés) dont les objectifs sont de « mettre à l’épreuve les idées/discours en décelant leurs failles, leurs limites, écouter les points de vue peu médiatisés afin d’élargir nos prismes de lecture, appréhender toute la complexité des enjeux actuels et futurs de notre monde. » François de Voyer affirme d’ailleurs s’être inspiré de ce modèle, même s’il reconnait, lui, offrir une atmosphère plus détendue et confortable à ses invités.

Swann Polydor © D.R.

A lire aussi, Sophie de Menthon: Zemmour candidat, que vais-je faire de mes mercredis soirs?

À l’origine de ce nouveau média, on retrouve aux côtés de Voyer le jeune Erik Tegnér, 28 ans, ancien du FN, de l’UMP et de LR qui a fait une école de commerce à Grenoble et est aussi passé par l’ISSEP en tant qu’étudiant de formation continue, l’école de Marion Maréchal. Après avoir créé le mouvement conservateur Racines d’avenir, Tegnér contribue à l’organisation de la Convention de la droite en septembre 2019 et prépare actuellement un reportage sur la Hongrie. C’est lui qui a eu l’idée de cette chaîne, il veut la transformer en un média de masse dans les prochains mois. À ses côtés, c’est François de Voyer, 38 ans, diplômé de Sciences Po, président du Cercle Audace et chef d’entreprise qui soumet les invités à la question. Swann Polydor, 25 ans, développeur informatique venu d’Epitech et de la Tsinghua University en Chine, chercheur en intelligence artificielle, complète l’équipe en s’occupant du produit final (choix du montage, du matériel, optimisation du référencement sur internet…) Les trois initiateurs de la chaîne sont bénévoles, travaillent sur leur temps libre mais espèrent pouvoir engager un salarié à partir d’octobre. D’ici là, la chaîne fait une petite pause estivale et ne proposera pas de nouvelles vidéos pendant le mois d’août…

Erik Tegnér et François de Voyer © D.R.

Si Éric Zemmour se déclarait candidat à l’automne, il est assuré de perdre ses tribunes quotidiennes à CNews, hebdomadaires à Paris Première ou au Figaro Magazine. La chaîne YouTube Livre noir pourrait alors devenir sa webtélé plus ou moins officielle, même si François de Voyer confie que ce n’est pas l’objectif et que Livre noir entend conserver son indépendance vis-à-vis des partis et des différents candidats. Pour l’instant, le capital social de la société est de 500 euros. Une levée de fonds est en cours. Deux investisseurs sur lesquels Monsieur de Voyer préfère rester discret ont été approchés. À partir d’octobre, de nouveaux formats vont venir compléter les interviews : reportages, contre-enquêtes et débats pour donner à la chaîne une dimension de véritable média. Parmi les prochains invités attendus, on compte Jacques Attali et Mathieu Bock-Côté. On attend donc la suite avec impatience.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Mon septennat chez les Jèzes
Next article Le Portugal entre repentance et national populisme
Étudiante à l'ILDJ

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération