Quand on n’a ni la naissance ni la fortune ni les relations, mieux vaut être meilleur que les nantis. En voulant ouvrir l’ENA à la « diversité » et aux « minorités sous-représentées », Emmanuel Macron risque de casser le cursus honorum républicain. 


J’ai eu la chance de passer mon bac en 1967. La chance, parce que j’ai été instruit par des professeurs dignes de ce nom (en costume-cravate ou en jupe sous le genou) sous les auspices du Lagarde et Michard, du Gaffiot et du Bailly, des écrivains classiques français et de la philosophie pas encore « postmoderne ».

J’ai eu le malheur d’effectuer ma première année de lettres classiques en 1968. Le malheur, parce que, boursier, et conscient des efforts de mes parents qui s’étaient saignés aux quatre veines pour me faire poursuivre des études (« Chez nous, tonnait ma mère, pas question de commerce ! Les études ! »), je contemplais mon accession au temple du Savoir, la Sorbonne, réduite en cendres dans le chahut potache de jeunes bourgeois saisis du prurit de la mort du Père.

Pourtant, je caressais encore le rêve de m’inscrire plus tard à Sciences-Po, puis de tenter le concours d’entrée à l’ENA. Un incident, au détour des effusions de la rue de Mai 68, m’a fait bien vite atterrir. Alors que je regardais d’un œil plus curieux que militant les charges des CRS aux environs d’une barricade, l’un d’eux m’avait avisé, puis lancé : « Toi, on va te faire la peau comme en Algérie… » Devant ma protestation indignée et mes brevets de patriotisme (un grand-père soldat en 14-18, mon père en 39-45, médailles à l’appui), il m’avait rétorqué : « Ouais, un Français de papiers, quoi… »

J’en eus le cuir hérissé, l’esprit meurtri. Mais, après tout, s’il avait raison ? Débarqué de frais après le rapatriement d’Algérie, je n’étais, somme toute, qu’une pièce rapportée. Un invité en bout de table du banquet national. « Et, en plus, tu veux faire l’E

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Mai 2019 - Causeur #68

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite