Est-il bien raisonnable de laisser un cinéaste déraisonnable commenter chaque mois l’actualité en toute liberté ? Assurément non. Causeur a donc décidé de le faire. 


Mon parcours et deux de mes films (La Journée de la Jupe et Arrêtez-moi) témoignent de ma conviction sur la nécessité du combat féministe. Je ne fais pas partie de ceux qui ricanent ou lèvent les yeux au ciel aux mots harcèlement, sexisme, viol… et la liste est longue.

J’ai en revanche beaucoup de difficulté à adhérer au discours féministe communautariste dont Caroline de Haas est devenue l’incarnation à la force du poignet. (N’y voyez aucune allusion graveleuse.) Son féminisme me fait furieusement penser à l’antiracisme des Indigènes de la République : un racisme à l’envers incarné à la perfection par le radicalisme sectaire des dirigeantes des deux mouvements. Ses dernières déclarations dans L’Obs ne font que me conforter dans la défiance qu’elle m’inspire : « Un homme sur deux ou sur trois est un agresseur [sexuel]. » Résultat obtenu en suivant, d’après elle, une « logique infaillible » : « Il est admis qu’une femme sur deux a été victime de viol,

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Mars 2018 – #55

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite