Chez les bonobos, lorsqu’ils ont maman dans les parages, les mâles ont jusqu’à trois fois plus de chances que les esseulés de devenir papas…
Il manquait une rubrique scientifique à Causeur. Peggy Sastre comble enfin cette lacune. Au programme ce mois-ci: bonobos donc, mais aussi sexe contre nourriture chez les chauves-souris et marketing du don du sperme. À vous les labos ! 


Bonobos

A priori, passer une bonne moitié de sa vie sans pouvoir se reproduire ne sert à rien (du moins sur un plan biologique). Tel est pourtant le lot des femelles chez certains animaux, comme dans notre espèce et chez quelques grands mammifères marins comme les orques. Serions-nous des anomalies de la nature ? Que nenni. L’astuce, dictée par la dure loi de la sélection de parentèle, c’est que la fin de la période fertile ne signifie pas forcément l’arrêt complet du destin génétique. En effet, les diverses attentions portées à une progéniture arrivée, elle, à maturité sexuelle, peuvent se traduire par une amélioration de son succès reproducteur individuel tout en s’épargnant les risques inhérents à u

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Juin 2019 - Causeur #69

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite