Les plus subtils observateurs de la faune politique sauvage française auront pu remarquer que depuis des mois – bien avant que commence l’âpre mêlée des primaires socialistes en vue de l’élection présidentielle de 2012 − Martine Aubry, candidate à la magistrature suprême, évoque à longueur de prises de parole la nébuleuse notion anglo-saxonne de care (mot polysémique agaçant renvoyant au soin, à la sollicitude, au dévouement, etc.) Elle y tient tellement qu’elle a fait imprimer des milliers de T-shirts pour ses militants, sur lesquels on peut lire son slogan « Yes we care ! », mollement calqué sur le « Yes we can ! » victorieux de Barak Obama. Mais, qu’est-ce que le care (à prononcer un peu comme le nom de la capitale égyptienne) ? À quelle effrayante société maternante rêve − pour tous les Français − la mairesse de Lille ?

Pour acheter ce numéro cliquez ici
Pour s’abonner à Causeur cliquez ici

Lire la suite