Laurent Hénart, secrétaire général du Parti radical valoisien de Jean-Louis Borloo, député UMP, proposera aujourd’hui à l’Assemblée avec 70 députés de droite, de supprimer, dans la loi sur l’immigration la disposition qui prévoit la déchéance de nationalité pour les criminels récidivistes. Déjà supprimée par les sénateurs, certains députés de droite veulent mordicus la réintroduire lors de la seconde lecture de la loi.

Pourquoi demandez-vous la suppression de l’extension de déchéance de nationalité prévue par la loi ?

Nous avons déposé, avec 70 députés, aussi bien centristes, radicaux que sociaux comme Pierre Méhaignerie, un amendement supprimant cette disposition. Nous ne l’avions de toute façon pas votée en première lecture, le Sénat l’avait rejetée aussi. On voit bien qu’il est sage de s’arrêter là. Nous n’avons rien à dire sur le reste du texte qui n’est jamais que la transcription en droit français de certaines directives européennes en matière d’immigration. C’est même plutôt une bonne chose que de voir enfin un début de politique commune s’ébaucher en la matière.

Mais l’extension de la déchéance de nationalité aux personnes devenues françaises depuis moins de dix ans, coupables de crime à l’encontre d’une personne dépositaire de l’autorité publique, n’est même de nature à renforcer la sécurité dans notre pays. On se doute que cette perspective ne fera pas reculer une personne qui projette un tel crime ou qui est capable d’en commettre un. Surtout, cette mesure qui n’aura aucune valeur dissuasive risque surtout d’ouvrir un autre débat. La déchéance de nationalité, même dans ce cadre, introduirait une rupture grave de l’égalité entre les citoyens : il y aura ceux dont la nationalité est intangible, et ceux dont la nationalité sera révisable.

Une partie de la droite, je pense à la Droite populaire, a décidé d’en faire un symbole. Nous qui représentons l’aile sociale de la majorité voulons au contraire faire passer un autre message qui est que tous les Français, d’où qu’ils viennent, doivent adhérer au pacte national. Et que si on peut évidemment devenir français, cela donne des droits mais aussi des devoirs. Cette mesure sécuritaire inefficace est un symbole dont nous ne voulons pas.

L’arrivée en seconde lecture de ce texte en plein débat sur le débat islam/laïcité ne va-t-elle pas accroître la confusion ?

Chez les radicaux, nous avons toujours été fermes sur la laïcité. Elle n’a pas besoin qu’on y accole des adjectifs. La sphère publique doit être neutre : pas de signes distinctifs à l’école, pas de prières dans la rue. Il n’y a pas matière à débattre. Il faut être strict et traiter toutes les religions de la même façon, sinon, là encore, on risque de donner le sentiment à nos concitoyens, notamment musulmans, qu’il existe des droits et des devoirs à plusieurs vitesses. Certaines municipalités gèrent très bien les choses et arrivent à trouver des solutions pour ouvrir des mosquées ou installer des carrés musulmans dans les cimetières. Nous n’avons pas besoin pour cela de nouvelle loi : pas de nouveau texte sur le financement de ci ou l’organisation de ça. Veillons à ne pas donner l’impression que certaines religions sont privilégiées par l’Etat et d’autres maltraitées.

Que vous inspirent les deux sondages qui donnent Marine le Pen en tête au premier tour de la présidentielle ?

Ce vote populiste, voire extrémiste, est directement lié à la crise économique et sociale qui frappe la France. En l’absence de solutions réelles, les électeurs sont prêts à accepter des réponses simplistes : d’où l’accélération du transfert de voix entre Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen depuis l’automne. En focalisant le débat public sur les Roms, la sécurité, l’islam et de la laïcité, la majorité se tire une balle dans le pied : dans l’exploitation des peurs et des sentiments xénophobes, nous ne serons jamais les meilleurs, parce que notre discours ne pourra jamais être aussi brutal que celui tenu par Marine le Pen – heureusement d’ailleurs.

S’il y a un enseignement à tirer de ces sondages, c’est donc qu’il est temps de revenir aux attentes des Français : l’emploi, la réussite des jeunes, la justice sociale. D’ailleurs on voit bien que le chef de l’Etat hésite sur la meilleure stratégie pour la dernière année du quinquennat : d’un côté il lance, sans tabou, un débat sur les religions. Et de l’autre, il parle de l’emploi et de la formation des jeunes, de la lutte contre le chômage. La victoire de 2007 ne s’est pas jouée sur l’identité nationale, l’immigration ou la sécurité mais sur la réhabilitation de la valeur-travail et la lutte contre la désindustrialisation. Il serait temps de s’en souvenir.

 

Lire la suite