Si la réalité dépasse parfois la fiction, c’est que la fiction précède souvent la réalité. La littérature prévoit l’avenir. Cette chronique le prouve.


 

L’été dernier à Rennes, l’installation d’urinoirs uniquement masculins dans la ville avait indigné les victimes privées de pause-pipi à l’air libre. L’injustice est désormais réparée.

Un des principaux obstacles à l’égalité homme-femme reste la manière de faire pipi, notamment en milieu urbain. Les femmes ne peuvent même pas se consoler en pensant à Vespasien qui a laissé son nom à une invention que tout le monde connaît et en avait fait une source de revenus en imposant les mictions masculines comme nous le rappelle Suétone : « Son fils Titus lui reprochait d’avoir mis un impôt sur les urines. Il lui mit sous le nez le premier argent qu’il perçut de cet impôt, et lui demanda s’il sentait mauvais. Titus lui ayant répondu que non : “C’est pourtant de l’urine”, dit Vespasien. » Mais malgré tout, cela reste une maigre consolation quand l’envie se fait vraiment pressante. Soucieuse d’en finir avec cette injustice, la ville de Rennes, apprend-on par Ouest France et France 3 Bretagne, a décidé d’expérimenter des urinoirs féminins collectifs. Les dames pourront s’asseoir presque face à face et côte à côte à la fois dans un prototype en forme d’hélice, « récompensé d’une médaille d’or au concours Lépine de 2019 »

A lire aussi: Brest: quand LREM dénonce le sexisme pissotier

L’installation est hélas d’une couleur rose bonbon, ce qui est, on en conviendra, scandaleusem

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Été 2020 – Causeur #81

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite