Home Société La télé, je ne veux pas l’avoir


La télé, je ne veux pas l’avoir

La télé, je ne veux pas l’avoir

redevance tv hollande

Madame la redevancière, Monsieur le redevancier,

Je constate d’après l’avis que vous m’avez envoyé que vous persistez contre toute logique à vouloir me faire payer la redevance tévé. De même que l’an dernier, vous paraissez soudainement être frappé de cécité au moment de consulter ma déclaration, en particulier quand votre regard, que je devine torve et vos petits yeux que je sais globuleux et cruels, inspectent avec gourmandise la case « Je ne possède pas de récepteur TV ».

En effet, il semble bien que je m’évertue chaque année en pure perte à apposer la biffure libératrice sur le funeste document afin de prouver, sinon au monde du moins à l’administration obtuse au sein de laquelle vous avez le malheur de servir, que je ne possède, ni ne posséderai jamais, de récepteur télévisuel. Afin que les choses soient bien claires entre nous et pour vous épargner la peine de m’adresser à chaque rentrée la supplique réglementaire dont je m’épargnerais également avec joie la lecture, laissez-moi vous expliquer en quelques mots l’essentiel de mes relations avec l’univers cathodique.

Dans la lointaine contrée où je suis né et où mes aïeux se sont évertués pendant des générations à faire sortir des artichauts d’une terre ingrate qui se nourrissait de la sueur et des larmes des hommes, je me souviens qu’il y avait un petit hameau ne comptant tout au plus qu’une dizaine d’habitants, en sus de quelques poulets et deux ou trois chiens de chasse. Parmi ses villageois, en général fort peu amènes avec les touristes et les Parisiens, se trouvait une petite vieille acariâtre, dont le visage renfrogné ne s’illuminait qu’à l’évocation des derniers potins de la rubrique nécrologique et au nom de Jean-Pierre Foucault. La pauvre vieille, qui ne quittait en effet guère plus son salon, passait l’essentiel de ses interminables journées rivée devant le poste de tévé dont l’influence démoniaque avait eu raison de sa santé mentale et pulvérisé les derniers restes de lucidité qui habitaient encore son cerveau ravagé. Elle était persuadée notamment que Jean-Pierre Foucault, dont elle ne ratait pas une émission, s’adressait à elle, personnellement, tous les mercredi soir à l’occasion de Sacrée Soirée. L’émission prit fin le 29 juin 1994, après 264 numéros et 7 saisons et la petite vieille trépassa le mercredi suivant.

Depuis lors, ayant constaté les irréparables ravages que la fréquentation trop assidue d’un poste de tévé peut infliger au psychisme humain, je me tiens soigneusement à distance de tout récepteur, tuner, câble, TNT…et autres gadgets susceptibles de soumettre mon cortex au chant des sirènes cathodiques qui ont réussi à envoûter une partie du monde, pour le plus grand malheur de notre civilisation. Dans les rares occasions où je me trouve involontairement exposé au flot d’insanités monstrueux continuellement vomi par ce Léviathan ignoble, qu’il soit rectangulaire, à plasma ou écran plat, je demeure plus convaincu encore que le seul moyen pour l’humanité d’échapper à l’effroyable processus d’autodestruction dans lequel elle se trouve engagée est de mettre fin à l’odieux règne de ce Moloch des temps modernes en détruisant systématiquement tous les postes récepteurs, les antennes, les relais et en supprimant sans aucune pitié tous les animateurs, producteurs, journalistes ou techniciens qui participent au triomphe quotidien de la terrifiante machine à broyer les âmes.

Voilà pourquoi, Madame la redevancière, Monsieur le redevancier, si je me garde bien désormais d’approcher tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à un récepteur de tévé, j’ai gardé en revanche, à l’instar de la petite vieille dont j’évoquais un peu plus haut le souvenir, l’habitude de consulter chaque jour avec application la rubrique nécrologique et les premières pages des journaux, dans l’espoir d’y découvrir que le ciel nous a fait la grâce d’enlever au monde un des bouffons pathétiques qui participent quotidiennement à l’abrutissement généralisé.
Bien évidemment, la crainte d’un procès intenté par les parents dégénérés de l’un de ces richissimes malfaisants m’empêche ici de citer des noms mais vous devez savoir que pas un jour ne se passe sans que je n’adresse une fervente prière aux forces qui président à notre destinée pour qu’elles consentent enfin à précipiter dans les feux de la Géhenne toute cette cohorte de crétins repus d’eux-mêmes, d’exhibitionnistes mégalomanes et de nuisibles infatués qui célèbrent bruyamment, jour après jour, le triomphe de l’abjection qu’ils servent avec zèle.

Je vous prie donc, Monsieur le Redevancier, de bien vouloir me laisser tranquille et d’aller plutôt trouver un vrai travail au lieu de m’enquiquiner avec vos manigances de voleur de poules et de bateleur à l’air chafouin.

*Photo : Global X


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Contre, tout contre la modernité
Next article Lance Armstrong : on achève bien les mythes
co-anime le site http://idiocratie2012.blogspot.fr/

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération