Non content d’être un affreux tyran socialiste, le président Hugo Chavez prépare en secret des armes de destruction massive. S’il n’a pas encore été prouvé que le fou furieux sanguinaire qui opprime, élection gagnée après élection gagnée, son pauvre peuple est en train de préparer un programme nucléaire, il n’en est pas de même dans le domaine de l’arment chimique. Bien sûr, pour ne pas affoler une opinion mondiale déjà suffisamment traumatisée par le Japon, la Libye et la Côte d’Ivoire, l’information n’a pas été donnée directement mais seulement entre les lignes par une publication étasunienne très sérieuse, Proceedings of the National Academy of Sciences : les grenouilles toxiques d’Amérique Latine, que les Indiens utilisaient pour empoisonner leurs flèches ont muté de manière inquiétante pour une raison mystérieuse.

Non seulement, elles sont beaucoup plus jolies que les autres avec leur peau multicolore mais en plus elles sont devenues bien plus résistantes que leurs congénères non toxiques. Certes, les scientifiques sont en mesure de décrire le phénomène, à partir d’un échantillon de 50 espèces différentes dont la plupart sont originaires, comme par hasard, du Venezuela : « Elles sont davantage en mesure d’extraire l’oxygène à chaque respiration et de le transporter vers leurs muscles, tout comme les athlètes bien entraînés. »

En revanche, ils ne peuvent ou ne veulent en expliquer l’origine. Il faudrait pour cela montrer du doigt les laboratoires secrets de Chavez à Caracas. Et envoyer au plus vite une mission d’inspection de l’ONU pour forcer le Caligula des tropiques à en finir avec ses terrifiants batraciens.

Lire la suite