La révolte des gilets jaunes n’est pas une simple jacquerie antifiscale. Certes, la France périphérique souffre de la vie chère et du déclassement social mais sa colère ne se compte pas en euros. Symboliquement, la voiture représente le dernier espace de liberté pour cette frange du peuple fâchée avec ses élites politiques, syndicales et médiatiques. Loin de pleurer le modèle social français, les gilets jaunes en ont assez de le financer. 


Populaires ou populistes ? Peste brune ou lutte des classes ? Poujadistes ou insoumis ? Mobilisation ou jacquerie ? La question du sexe des « gilets jaunes » a mis au supplice nombre de commentateurs d’habitude prompts à nommer, catégoriser, enfermer et, in fine, disqualifier ou encenser – on se rappelle le ravissement de certains devant Nuit debout. Ce désarroi sémantique partagé d’un bout à l’autre de l’arc médiatique et politique (y compris par votre servante) n’est guère surprenant. Jusqu’à ce que Christophe Guilluy, identifiant le grand mouvement qui a chassé les classes moyennes et populaires des centres-villes trop chers, puis des banlieues, trop islamisées, la qualifie de « périphérique », la France périurbaine, celle qui vit dans des bourgades qui ne sont ni vraiment la ville, ni vraiment la campagne et cumulent souvent les défauts des deux, n’avait aucune existence médiatique. « Il s’agit d’une France largement ignorée par les intellectuels et les acteurs publics, confirme l’urbaniste Philippe Genestier dans Le Monde. Quand on parcourt cette France-là, on perçoit qu’elle se considère comme vraiment invisible aux yeux des pouvoirs publics, contrairement aux “banlieues à problèmes”, bien qu’elle soit, elle aussi, menacée de déclassement et de précarisation. En outre, elle se sent déconsidérée par les injonctions morales (à la mixité sociale dans l’habitat et à l’école, ou à utiliser des modes de déplacement doux) que lui adresse la “France d’en haut”, alors que cette dernière s’affranchit de la carte scolaire et voyage régulièrement en avion. »

Marre des crânes d’œuf parisiens 

La sociologie très hétérogène du mouvement et la diversité des aspirations que cachent les « Ras l’bol » et les « On n’en peut plus », exprimés de mille manières, sont un défi de plus à l’analyse. Aussi faut-il saluer l’effort de Genestier pour dresser un portrait-robot des manifestants : « Que leurs revenus soient modestes ou moyens (de 1,5 à 3 ou 4 SMIC pour un couple avec deux salaires), qu’ils soient ouvriers qualifiés, employés, cadres d’exécution ou alors représentants, artisans, commerçants ou infirmières, leurs activités et leur choix de vie se caractérisent par leur localisation dans le périurbain. Il s’agit de ces Français qui ont conçu l’accès à la propriété d’un pavillon dans une zone peu dense (rêve de 85 % d’entre eux, selon un sondage TNS-Sofres de 2007) comme une manière de sécuriser l’avenir. Cette stratégie a pour corollaire la possession d’une voiture (et le plus souvent de deux) leur permettant de s’affranchir des assignations spatiales, sociales, économiques. » Les « gilets jaunes », c’est d’abord le petit peuple de la bagnole, celui pour qui elle est, non seulement un indispensable moyen d’aller bosser, mais aussi, symboliquement, le dernier refuge de sa liberté, le seul endroit où il est aux commandes. C’est cette liberté que menace l’augmentation du carburant. Pour filer une blague de Tellenne-De Koch père et fils, dans la France des « gilets jaunes », l’essence précède l’existence.

Ce n’est pas parce qu’elle aime les morts au volant que cette France s’était déjà soulevée contre la limite des 80 km/h, mais parce qu’elle en a assez que des crânes d’œuf parisiens sachent toujours mieux qu’elle ce qui est bon pour elle. S’ils angoissent à l’idée que des blocages d’aéroport pourraient les empêcher de faire prendre à leur conscience écologique un repos bien mérité sur une plage lointaine, elle ne va pas pleurer.

Pour le citadin lambda, qui a lui aussi des problèmes de fins de mois et peur de l’Urssaf, le « gilet jaune » est un inconnu. Et pour cause : « Il s’agit de la France qui ne prend pas les transports en commun, qui se déplace surtout de banlieue à banlieue en évitant le cœur des villes avec ses encombrements et ses rues piétonnisées aux commerces franchisés », explique encore Genestier. Entre les deux France, le décrochage est, nous dit-on, géographique, économique, numérique, social. Autant dire existentiel et culturel. Non seulement les Français ne vivent plus dans le même monde, mais ils sont de plus en plus nombreux à considérer que la règle commune n’est pas légitime. Interrogée sur le refus des bloqueurs de se conformer aux parcours autorisés pour les manifestations et même de demander des autorisations, une jeune femme répondait sur un ton buté : « Oui, c’est peut-être la règle, mais ce n’est pas la nôtre. » À court terme, s’il est fort probable que le froid, les divisions, la résignation, la violence et l’approche de Noël viendront à bout de cette révolte, ils ne mettront pas fin à l’humeur sécessionniste d’une partie des Français. Et on peut gager que les annonces présidentielles ne suffiront pas plus à les réconcilier avec leurs dirigeants. Ni avec leurs syndicats, leurs partis ou leurs médias.

Un spécimen encore plus exotique que l’électeur FN

L’omniprésence des « gilets jaunes » sur les chaînes d’info continue, où on s’est mis en mode « émission spéciale » pendant deux semaines, a donné à beaucoup (sauf aux intéressés) le sentiment que les médias encourageaient le mouvement. C’est plutôt le contraire qui s’est produit, sous l’effet de ce que Gilles Casanova appelle l’autoréférentialité des médias. L’affaire passionnant le public, les audiences ont été historiques, suscitant en retour l’intérêt passionné des directions (et on les comprend). Une théorie ininterrompue d’experts et autres spécialistes en tout (comme votre servante) a donc défilé sur tous les plateaux pour disséquer le « gilet jaune », spécimen encore plus exotique que l’électeur du Front national. Des journalistes-ethnologues sont partis aux quatre coins du pays, rapportant de passionnantes bribes de vérité comme Erwan Seznec qui a croisé des Bretons excédés par la bureaucratie. Hors antenne, et parfois à l’antenne, nombre de confrères trouvent néanmoins que ces gens ne sont décidément pas raisonnables, qu’ils ont des mauvaises manières et qu’il faut bien protéger la planète contre ces vandales.

S’agissant des mauvaises manières, c’est indéniable, au moins pour la partie des bloqueurs qui s’est volontiers montrée agressive ou violente. On ne saurait exclure complètement que, le 24 novembre, le pouvoir ait laissé le « bololo » s’installer sur les Champs-Élysées, dans l’espoir que les images de violence effraieraient le bourgeois. En tout cas, alors que les réseaux sociaux bruissaient d’appels à envahir l’avenue malgré l’interdiction de la préfecture, celle-ci a oublié de demander à la mairie de Paris de prendre les précautions élémentaires et habituelles dans de pareils cas. Reste que les violences et dégradations, qui n’ont d’ailleurs pas été limitées à Paris, n’ont pas été commises par des policiers, mais bien par des casseurs avec ou sans gilet jaune. Du reste, il ne suffit pas d’être malheureux ou en colère, ni même d’être méprisé par les sermonneurs pour avoir raison.

La révolte des désespérés

Il ne s’agit donc pas d’abdiquer de tout esprit critique et de sanctifier toute parole venue de la base ni, comme le pointe justement Jean-Pierre Le Goff dans Le Figaro, d’opposer « de façon démagogique la “France d’en haut”, les “élites” à qui l’on attribue tous les vices, et la “France d’en bas”, le “peuple” paré de vertus régénératrices. » Défensive et parfois hargneuse, la révolte des ronds-points est éminemment discutable dans ses méthodes et dans ses mots d’ordre. Le refus de certains d’entendre tout argument s’éloignant d’un agenda qu’ils sont bien en peine de définir est décourageant. Et le syndrome « réunion de copropriété », qui dans une assemblée voit souvent les pires enquiquineurs prendre le pouvoir, a vite été à l’œuvre. De plus, la détestation revendiquée du président de la République témoigne pour le moins d’une faible capacité à l’empathie que les « gilets jaunes » attendent à bon droit de leurs concitoyens. qui jette sans vergogne de l’huile sur ce feu-là a de quoi glacer ; d’ailleurs, c’est peut-être son but. « Ce que les instituts ne mesurent pas, écrivait-il le 27 novembre dans Libération, c’est le dégoût, puissant, virulent, que vous suscitez chez, combien ? à la louche un quart ? un tiers ? des Français. […] Samedi dernier, surtout, qu’est-ce qui rassemblait l

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Décembre 2018 - Causeur #63

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite