La privatisation de la Française des jeux ne va pas traîner. « Chaque jour est une chance », dit la réclame. Pas pour les Français qui vont céder au privé le numéro quatre mondial du secteur.


Si la privatisation d’Aéroports de Paris alimente les plus vifs débats, c’est celle de la Française des jeux (FDJ) qui interviendra en premier. Il n’y a pas de hasard : Stéphane Pallez, l’actuelle énarque patronne de la société, a déjà mené les privatisations d’Air France, de Thomson ou du Gan. Bruno Le Maire a confirmé début septembre à la radio que l’opération est prévue « sans doute d’ici la fin du mois de novembre ».

A lire aussi: Toulouse-Blagnac: « Cette prédation de la richesse nationale au profit d’un Etat étranger est insupportable »

La dernière publicité de la FDJ vaut le déplacement : quarante-cinq secondes d’autopromotion destinées à nous vanter le caractère vertueux de la « marque ». Le spot revient sur les origines de la Française des jeux en montrant deux gueules cassées de la Grande Guerre qui discutent. « Alors, ce serait quoi ton idée ? » demande l’un. « Comme une grande loterie », répond l’autre. « Oui, au départ, FDJ, c’est pour aider les gueules cassées », abonde

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Octobre 2019 - Causeur #72

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite