La privatisation de la Française des jeux ne va pas traîner. « Chaque jour est une chance », dit la réclame. Pas pour les Français qui vont céder au privé le numéro quatre mondial du secteur.


Si la privatisation d’Aéroports de Paris alimente les plus vifs débats, c’est celle de la Française des jeux (FDJ) qui interviendra en premier. Il n’y a pas de hasard : Stéphane Pallez, l’actuelle énarque patronne de la société, a déjà mené les privatis

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Octobre 2019 - Causeur #72

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite