Dans L’Archipel français, le directeur du département « opinions » de l’IFOP Jérôme Fourquet montre que nous sommes arrivés à un stade terminal de la déchristianisation. Désormais minoritaires, les catholiques souffrent d’une moindre protection par rapport aux juifs et aux musulmans. Et ne déterminent plus les structures de la société. 


Causeur. Beaucoup de catholiques reprochent aux médias leur silence face à l’explosion du nombre de saccages d’églises ou de cimetières. La place limitée qu’y consacrent la presse et l’audiovisuel reflète-t-elle l’indifférence d’une grande partie des Français, plus sensibles aux actes antijuifs ou antimusulmans ?

Jérôme Fourquet. L’écho à ces profanations étant effectivement assez limité dans la presse française, il peut y avoir le sentiment d’un deux poids, deux mesures par rapport aux autres confessions. Ce décalage n’est pas totalement nouveau et tient à notre culture laïque – aux deux sens du terme. Nous avons à la fois hérité d’une tradition laïque de combat, qui fait qu’on ne s’apitoie pas sur l’Église, et d’une forme de laïcité moins militante qui accorde une place subalterne à tout ce qui touche la religion catholique. On peut le dire autrement : l’Église a si longtemps occupé une place très importante dans la société française que certains n’ont pas envie de prêt

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Avril 2019 – Causeur #67

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite