Home Monde La beauté est dans la diversité, comme la liberté est dans le hijab?


La beauté est dans la diversité, comme la liberté est dans le hijab?

Promouvoir la liberté en promouvant le voile. Ben voyons…

La beauté est dans la diversité, comme la liberté est dans le hijab?
Conseil de l'Europe

La beauté est dans la diversité, comme la liberté est dans le hijab… C’est ce qu’affirmait le Conseil de l’Europe dans une campagne de communication, retirée après la « désapprobation extrêmement vive » du gouvernement français…


Le Conseil de l’Europe débloque totalement avec une campagne visant à lutter contre les « discours de haine anti-musulmans ». Campagne que ne renieraient pas les propagandistes islamistes ! Face à la polémique suscitée par cette promotion honteuse du voile islamique et une intervention française, il a été décidé de retirer la campagne.

Conseil de l’Europe

Pour rappel, le Conseil de l’Europe est composé de 47 Etats ayant signé la Convention européenne des Droits de l’Homme, appliquée sous la juridiction de la fameuse Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH), laquelle lutte contre les discriminations, le racisme etc.

A lire aussi, Nicolas Bay: Islamisme: quand Bruxelles se voile la face!

Cette campagne a été aussi cofinancée par l’Union Européenne. En anglais, il est écrit que l’objectif est de lutter contre les discours de haine anti-musulmans. On ne se rappelle pas que le Conseil de l’Europe ait voulu lutter contre les discours de haine anti-français, anti-européens ou anti-occidentaux tenus par des musulmans radicaux. Passons…

La liberté dans le hijab, orwellien !

Cette affiche montre que le hijab est un signe de liberté, avec des vidéos pour les réseaux sociaux montrant de jolies jeunes femmes non voilées et voilées. Il est écrit en légende que « mon foulard, c’est mon choix » ou que « célébrer la diversité, c’est respecter le voile ». Ou encore qu’avec le voile, « je peux être moi-même sans me cacher ». On aimerait savoir ce qu’en pensent les femmes algériennes, iraniennes, saoudiennes et autres qui luttent de leur côté contre le voile qu’on leur impose.

A lire aussi, Lydia Guirous: “Quand on est française, on ne porte pas un hijab”

Éric Zemmour a expliqué que c’était un jihad publicitaire financé par nos impôts. Et le gouvernement français a réagi après cette campagne de l’Europe. Sarah el Hairy, notre Secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et de l’Engagement, a dit sur LCI qu’on ne pouvait pas prôner le hijab comme élément d’identité et qu’il était contraire à toutes nos valeurs. Le fil Twitter de la campagne a depuis été fermé, mais on trouve encore les visuels en cherchant sur le site du Conseil de l’Europe. Et ce dernier dit désormais que la campagne sera adaptée pour montrer comment « la liberté de choisir est synonyme de diversité ».

Osons la souveraineté !

Après tout, ce dernier point de vue peut se défendre.

Pourquoi alors cette campagne sur ce hijab nous choque-t-elle autant ?

Elisabeth Lévy affirme sur Sud Radio : “Sur la forme, on vend des idées comme des yaourts ! J’en ai marre de ce marketing idéologique. Le citoyen est traité comme un pur consommateur. Et sur le fond, cela révèle aussi l’idéologie multiculturaliste des institutions paneuropéennes. Pour elles, les États et les collectivités humaines n’ont aucun droit face aux droits des individus. C’est mon choix, Venez comme vous êtes, comme dit MacDo. Eh bien non ! L’égalité entre les individus, d’accord. L’égalité entre les cultures, non ! Il me semble qu’en Europe ma minijupe a plus de droit et plus d’ancienneté que le voile islamique. Question de mœurs. Et puis, c’est étrange de célébrer en même temps #MeToo et le voile qui est un symbole d’inégalité entre les sexes”.

Notre directrice de la rédaction a poursuivi son analyse : “La Cour Européenne des Droits de l’Homme est un moyen pour s’assoir sur la volonté et sur l’histoire des peuples. Nous avons le droit de décider quelles sont les différences qui nous enrichissent et celles dont nous ne voulons pas. Nous n’avons besoin d’aucune instance supranationale pour être un Etat de droit. Osons la souveraineté. Et sortons de cette fichue CEDH !”



Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Illusions perdues sur les «Illusions perdues»
Next article Chez ces cochons, rien n’est bon !

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération