Home Monde Amérique latine: la Révolution n’est jamais morte


Amérique latine: la Révolution n’est jamais morte

En partenariat avec la revue "Conflits"

Amérique latine: la Révolution n’est jamais morte
Équateur, 24 mai 2021, Changement de commandement présidentiel, prestation de serment de M. Guillermo Lasso Mendoza comme président constitutionnel de la République de l'Équateur par Mme Guadalupe Llori, présidente de l'Assemblée nationale. Équipe de photographie / Assemblée nationale. Source : Wikipédia.

En Amérique latine, les mythes révolutionnaires sont éternels. Mythe de la Révolution, mythe de la théologie du peuple et aujourd’hui de l’indigénisme. L’histoire semble patiner sans cesse et rester bloquée dans les années 1970.


Équateur et Pérou ont connu une élection présidentielle aux résultats contrastés, deux candidats diamétralement opposés ayant été élus.

Équateur : victoire libérale

Guillermo Lasso a fini par remporter la présidentielle lors de sa troisième participation. Banquier d’affaires, catholique assumé, opposant historique de l’ancien président Rafael Correa (2007-2017) aujourd’hui poursuivi pour corruption et réfugié en Belgique, Lasso souhaite suivre une politique économique monétariste pour redresser son pays : réduction de la dette, accroissement des échanges commerciaux avec les États-Unis, réduction des dépenses publiques. Si son opposant socialiste, Andrés Arauz, est largement arrivé en tête au premier tour (32.72% des voix), Lasso ne s’y est qualifié qu’in extremis face au candidat de la gauche indigéniste Yaku Pérez. Ce dernier était initialement donné qualifié pour le second tour, avant que Lasso ne reprenne l’avantage après trois jours de dépouillement (19.74% contre 19.39%). La carte des résultats électoraux montre un pays coupé en trois. Si les deux principales villes, Quito et Guyaquil, ont majoritairement voté pour Lasso, toutes les régions de l’ouest (la côte) ont placé Arauz en tête et les régions de l’intérieur du pays, Pérez. Au second tour, les électeurs de Pérez se sont reportés vers Lasso, lui permettant de l’emporter. Cette fracture géographique est le reflet des fractures sociales et ethniques. Le pays a connu de nombreuses manifestations, conduites notamment par l’avocat Yaku Pérez et les mouvements de défense des Indiens. Ce bouillonnement indigéniste n’a pas disparu, ce qui ne pas va faciliter le mandat de Guillermo Lasso.

À lire aussi : Civils et religieux chrétiens victimes du conflit du Tigré en Éthiopie

Pérou: à gauche toute

Chez le voisin péruvien, c’est Pedro Castillo qui l’a emporté de peu contre Keiko Fujimori, fille de l’ancien président Alberto Fujimori. Castillo a un profil atypique. Comme Yaku Pérez, il se veut le représentant des indigènes de son pays, mais loin d’être un avocat brillant, il est issu d’une famille pauvre et illettrée. Syndicaliste, il a conduit et dirigé d’importantes grèves et manifestations en 2017 qui ont contribué à le faire connaître. Classé comme membre de « la gauche radicale », il souhaite davantage d’intervention de l’État et soutient les nationalisations. Mais catholique revendiqué, il s’est aussi opposé à la légalisation de l’avortement et au mariage entre personnes du même sexe. Cela fait de lui un profil atypique pour la gauche européenne, qui n’aura pas avec lui un allié inconditionnel sur tous les sujets.

A lire aussi, Jérôme Blanchet-Gravel: La nouvelle lutte des races

Colombie : l’état d’urgence

La situation se dégrade dangereusement en Colombie où les manifestations sont de plus en plus dures. Plusieurs causes sont responsables de cette situation.

Causes lointaines : le pays est structurellement fragile, du fait de son inégalité de développement et de la présence des forces armées révolutionnaires dans les montagnes du sud (ex-Farc).

Causes récentes : la venue de près de deux millions de Vénézuéliens fuyant la misère a accentué la fragilité du pays. Il a fallu trouver logement et travail à ces populations et aplanir les tensions sociales que cette migration massive a provoquées. Les relations déjà tendues avec le voisin vénézuélien n’ont fait que s’accroître.

À écouter : Afrique du Sud: la fin de la nation arc-en-ciel ?

Causes immédiates : l’augmentation d’une taxe sur la consommation a cristallisé la colère et a suscité les grandes manifestations. Toutes les difficultés et rancœurs accumulées par les faits précédents ont explosé. En dépit de la démission du ministre de l’Économie, la colère ne s’est pas réduite. Le gouvernement craint une ingérence du Venezuela, accusé de manipuler les manifestants en sous-main. Les dirigeants de ce pays ont des liens forts avec les narcos, qui assurent les devises nécessaires au paiement de l’armée et donc au maintien du gouvernement de Nicola Maduro.

Chili : l’élection des dangers

La présidentielle de l’automne risque d’embraser le pays. Les projets de nouvelle constitution n’ont pas calmé les ardeurs des partis de gauche toujours mus par leur « impulsion destructrice » (Pablo Ortuzar) au risque de casser l’un des rares pays du continent qui fonctionne bien. Dans le sud, les revendications indigénistes des Mapuches témoignent de la renaissance de ce courant qui, comme en Europe, reprend à son compte le discours révolutionnaire. Jamais morte, la Révolution est néanmoins prête à tuer les pays qui l’abritent.

Venezuela : la fin du socialisme ?

La bonne surprise vient du Venezuela où Nicola Maduro a opéré un grand…

>>> Lire la suite sur le site de la revue de géopolitique Conflits <<<


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article La fin de la machine à café
Next article Zemmour candidat “sous-marin” pro-Macron, ce complotisme autorisé…
Rédacteur en chef de Conflits, il dirige le cabinet de formation Orbis Géopolitique.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération