Home Politique Zemmouriens de la rive gauche


Zemmouriens de la rive gauche

Les militants d’Eric Zemmour lancent la reconquête sur la rive gauche parisienne

Zemmouriens de la rive gauche
David Arveiller et Stanislas Rigault, Paris, le 12 janvier 2022. D.R.

Ce mercredi à Paris, David Arveiller a réuni les soutiens d’Eric Zemmour de la rive gauche pour une galette militante dans le 13e arrondissement. Convié aux festivités, Causeur s’est glissé dans l’assistance…


Mercredi, deux soirées se disputaient le gratin réac parisien. Rue du Dessous des Berges, dans le 13e arrondissement, David Arveiller, le référent de « Reconquête » dans le Ve arrondissement – dont nos lecteurs ont pu lire quelques tribunes – avait réuni les militants pour manger une galette des rois, regarder la retransmission de l’émission de BFMTV à laquelle était invité le Grand Manitou, et relancer les troupes à l’assaut de l’élection, après la trêve des confiseurs… 

Deux soirées dans le XIIIe arrondissement

A l’autre bout de l’arrondissement, à l’Espace Galerie VII rue de Sainte Hélène, nos confrères de Boulevard Voltaire fêtaient leur dixième anniversaire. Certains sont passés d’une soirée à l’autre. 

Dans un Paris vidé pour cause de Covid et de télétravail, les militants de Zemmour s’étaient donné rendez-vous à 20 heures. Même si la rumeur quant à la venue de Zemmour et de sa compagne après l’émission de BFMTV était un excellent produit d’appel, David Arveiller craignait dans un premier temps d’avoir du mal à remplir toute sa salle. À l’entrée, après le contrôle, outre les classiques t-shirts et casquettes vendus sur un stand dédié, Sixtine de la Nouvelle librairie proposait à l’achat les derniers ouvrages de François Bousquet, Renaud Camus, Guillaume Travers, Jean-Louis Harouel et bien sûr… Eric Zemmour. La Nouvelle librairie, située rue de Médicis où elle est régulièrement la cible des « antifas », constitue un allié de poids pour reconquérir le Quartier latin et plus généralement cette rive gauche de la capitale réputée si peu sensible aux idées de la droite nationale…

Les militants de la « Génération Z » ont revêtu leurs t-shirts bleu, blanc, rouge « Zemmour 2022 », ils accueillent les invités avec un verre de cidre ou de soda, mais ne savent pas encore s’ils peuvent commencer la distribution de la galette, laquelle sera finalement remise plus tard dans des petits cartons individuels « Maison du Chocolat ». 

Avant la dégustation, on se retrouve, on commente les récentes déclarations du « Z », – notamment sur sa relation avec Sarah Knafo – ou les derniers sondages, et on prend surtout des nouvelles des uns et des autres après les fêtes de Noël. Finalement, la salle se remplit rapidement. 

A lire aussi, du même auteur: Amabilités républicaines

L’assistance, qui reste debout, est majoritairement composée de jeunes hommes. Ici, personne ne porte de masque. Le fond sonore est quant à lui occupé par un autre jeune homme, Michel Sardou. 

Paris, 13e arrondissement, 12 janvier 2022.

Jean Messiha et Paul-Marie Coûteaux très sollicités

Jean Messiha, premier arrivé parmi les célébrités attendues, est immédiatement assailli par les jeunes qui lui demandent un selfie ou se contentent de l’approcher timidement pour le saluer. Un peu plus tard, de rapides prises de parole au micro seront organisées. Rapides, car, on attend sur l’écran qui projette BFMTV au fond de la salle la parole de « quelqu’un de beaucoup plus important », précise un coordinateur de Génération Z, ce mouvement de jeunes lancé en avril 2021 qui se targue d’avoir convaincu Eric Zemmour à se porter candidat. « 2022, c’est la reconquête, 2022 c’est pour nous ! » peut-on entendre au micro. Arrivent ensuite Stanislas Rigault et Antoine Diers, lequel insiste pour qu’on le tutoie. « Vous êtes encore très nombreux ce soir, mais je ne suis même plus étonné. Dès qu’on se déplace quelque part en France avec l’étiquette Zemmour, la salle est pleine et l’ambiance incroyable » témoigne Rigault. « Vous êtes même plus nombreux qu’un meeting où Valérie Pécresse rassemblerait toutes ses troupes » s’amuse-t-il sous les applaudissements. « La dynamique est chez nous, elle n’est nulle part ailleurs » croit-il savoir. « Je vous propose de se retrouver dans un mois, dans la même salle, et que l’on soit encore trois fois plus ! Allez chaque jour chercher une ou deux personnes pour la faire adhérer. Nous devons le faire pour sauver le pays et fêter la victoire d’Eric Zemmour le 24 avril » propose-t-il. 

A lire aussi, notre entretien: Eric Zemmour: “Je tends la main aux musulmans qui s’assimilent”

Antoine Diers, nouvelle coqueluche des médias, confiera au micro envier les plus jeunes militants, lui qui a commencé à grenouiller en politique à l’âge de 15 ans mais qui dit n’avoir jamais vu une campagne aussi sympathique et enthousiasmante. « Vous avez devant vous trois mois où vous allez vous éclater à militer pour Eric Zemmour, une campagne inattendue ! » Selon lui, Reconquête et Génération Z font actuellement le plein d’adhérents, notamment grâce à de nombreux abstentionnistes qui affirment avoir carrément décidé de revoter rien que pour Eric Zemmour. « On peut le faire. Il ne reste que 87 jours avant l’élection présidentielle. Cela ne dépend que de nous, que de vous ! » tonne Rigault pour galvaniser ses troupes. Paul-Marie Coûteaux, ancien député européen qui est parvenu à importer du Québec le mot « souverainisme » en France, et qui dirige depuis quelques temps la revue Le Nouveau Conservateur, est très écouté par les uns et les autres. Il vient d’avoir des mots assez virulents contre Valérie Pécresse concernant la langue française dans nos colonnes cette semaine, je vous y renvoie. Quoi qu’il en soit, la soirée et les différentes prises de parole semblent avoir redonné la foi à la plupart des militants, lesquels ont évidemment aussi un oeil sur les sondages comme tout le monde… Mais, alors qu’au fond de la salle Eric Zemmour se chamaillait avec Natacha Polony ou Maxime Switek à la télé, on apprenait que Marine Le Pen avait débarqué à la soirée de Boulevard Voltaire rue de Sainte Hélène…


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article «Matrix 4»: Lambert Wilson seul contre les robots
Next article Michel Houellebecq élargit sa palette
Rédacteur en chef du site Causeur.fr

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération