Au lieu de stigmatiser les méchants nationalistes, Emmanuel Macron devrait faire son examen de conscience. Car c’est l’illusion d’un monde sans nations ni frontières, jadis entretenue par Blair et Clinton, qui plonge les peuples dans l’abîme.


Le débat public en France sur le populisme repose sur une alternative simpliste. D’un côté, les populistes sont ceux qui cultivent l’esprit de fermeture et de « haine de l’autre », la flatterie sans mesure des instincts de la masse, le simplisme, l’inconséquence et l’irresponsabilité. Au fond, le populisme, c’est inévitablement le chaos. Les « ouverts », les « diversitaires », les « postnationaux » seraient, de l’autre côté, les seuls acteurs capables de porter de manière réaliste l’intérêt national en préservant les acquis de la mondialisation et de la fédéralisation européenne. Les ouverts, c’est la paix.

Rejeter le mot « populisme »

Disons-le tout net : cette injonction à choisir l’un des deux camps est puérile et dangereuse. Elle insulte l’intelligence des Français et de ceux, au-delà de nos frontières, qui sont bien décidés à ne pas se laisser intimider. Le mot « populisme » lui-même pose problème et ne devrait pas être accepté. D’une notion bien identifiée par la science politique, les penseurs de l’époque ont fait un instrument d’assignation de toute pensée critique aux ex

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Décembre 2018 - Causeur #63

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite