Journaliste, animateur du Figaro Vox, Alexandre Devecchio annonce dans Recomposition la fin du vieux monde post-guerre froide. L’utopie d’une démocratie libérale régie par la technocratie et le marché a fait long feu. Plutôt que de fustiger le réveil des peuples, nos dirigeants feraient mieux d’écouter leurs revendications.



Causeur
. Votre nouveau livre, Recomposition, annonce l’avènement d’un « nouveau monde populiste ». Pourtant, la coalition italienne a explosé en vol, en Grande-Bretagne, Johnson est freiné par ses parlementaires et les gilets jaunes français ne trouvent aucun débouché politique. Prenez-vous vos désirs pour des réalités ?

Alexandre Devecchio. Vous ne parlez ni d’Orban, qui en est à son quatrième mandat en Hongrie, ni de Trump qui est bien placé pour en faire un second… Concernant l’Italie et l’Angleterre, sauf à abolir les élections, il faudra bien, tôt ou tard, revenir aux urnes. Salvini comme Johnson pourraient alors obtenir de larges majorités. Enfin, le mouvement des gilets jaunes a été en partie phagocyté par la gauche radicale et son caractère antipolitique l’a empêché de se structurer et de faire émerger de véritables leaders. Cependant, les gilets jaunes auront largement contribué à rendre visible une France jusqu’ici oubliée par les médias et les politiques. Le mouvement restera comme un tournant de la vie politique française. Le récent discours musclé d’Emmanuel Macron en matière d’immigration est, selon moi, une conséquence de la mobilisation de la France des ronds-points.

Peut-être, mais de là à annoncer une victoire populiste…

Justement, je ne le fais pas ! Je décris précisément le moment de recomposition que nous sommes en train de vivre. Pour paraphraser Gramsci, nous nous situons dans un « interrègne », entre deux « hégémonies » : Un monde se meurt et un autre tarde à naître. La décomposition du « vieux monde » n’est pas achevée. Il résiste en jetant toutes ses forces dans la bataille, comme on peut le constater aujourd’hui au Royaume-Uni et en Italie. Mais dans la brume, apparaissent déjà les contours du monde à venir. Sera-t-il populiste ou le populisme ne sera-t-il qu’une étape transitoire contrib

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Octobre 2019 - Causeur #72

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite