Home Édition Abonné OGM: je n’y connais rien mais je dirai tout!

OGM: je n’y connais rien mais je dirai tout!

La nouvelle rubrique "science" de Peggy Sastre

OGM: je n’y connais rien mais je dirai tout!
©Eric Cabanis / AFP

Il manquait une rubrique “science” à Causeur. Peggy Sastre comble enfin cette lacune. OGM, sexe et dépression sont au menu de ce premier numéro. A vous les labos !


OGM, l’illusion du savoir

C’est ce qu’on appelle l’effet Dunning-Kruger (comme Freddy) : ceux qui en savent le moins sur un sujet sont aussi ceux persuadés d’en savoir le plus. L’inverse, c’est la malédiction de la connaissance : les plus calés sur un sujet ont tout le mal du monde à transmettre leurs connaissances, vu qu’ils doivent ramer pour se mettre au niveau des ignorants et parvenir à coloniser leur cervelle. S’agissant de ce fossé entre savoir scientifique et illusion populaire, les organismes génétiquement modifiés trustent le haut du palmarès. Selon un sondage de 2015 du Pew Research Center, 88 % des scientifiques interrogés considéraient les OGM comme inoffensifs pour la santé, contre seulement 37 % des quidams – une différence de 51 points distançant l’intérêt des tests sur les animaux non humains (42 points) et l’innocuité des aliments cultivés à l’aide de pesticides (40 points).

A lire aussi: Au pays de #MeToo, il y a le bon chercheur et il y a le mauvais chercheur

Une étude publiée mi-janvier 2019 par Philip M. Fernbach, Nicholas Light, Sydney E. Scott, Yoel Inbar et Paul Rozin, chercheurs en psychologie et en sciences économiques, éclaire ce phénomène : les opposants les plus fervents aux OGM sont aussi ceux qui en entravent le moins sur la question TOUT en se croyant super experts. Des résultats obtenus sur des échantillons statistiquement représentatifs de la population aux États-Unis, en France et en Allemagne, et qui peuvent aussi s’appliquer aux thérapies géniques, mais pas au changement climatique. Via cette étude, on comprend mieux pourquoi la communication scientifique a tant de mal à éclairer son monde, car la plupart des efforts de vulgarisation partent du principe qu’une incohérence entre le consensus scientifique et l’opinion sur un sujet donné relève d’un déficit de connaissances – en d’autres termes, que plus le public en saura, mieux il sera en phase avec la réalité des recherches. Fernbach et ses collègues ajoutent un degré de complexité au bouzin : certes, les plus à côté de la plaque sont les plus en manque d’informations, mais ils sont aussi ceux les moins à même de les assimiler, vu qu’ils pensent déjà tout savoir. Et aucun fossé ne pourra être comblé tant que cette gageure ne sera pas résolue.

Et la sororité, bordel ?

C’est l’un des universaux humains : si la liberté de coucher avec qui on veut et quand on veut est aussi chérie que la liberté de pensée, d’expression ou de culte, la sexualité féminine n’est pas jugée de la même façon que la masculine. Il y a les putes et les séducteurs, les marie-couche-toi-là et les aventuriers – les premières sont souillées et les seconds jalousés. Selon une idée communément admise, le contrôle de la sexualité féminine serait avant tout un truc de machos. En termes contemporains, le slut-shaming (littéralement l’« humiliation de la traînée ») ou la « culture du viol » (la prétendue banalisation sociétale des violences sexuelles) seraient alimentés par des sales mâles prêts à tout pour entraver l’émancipation des femelles dont ils ont tant à craindre. La réalité mesurable chante une chanson un tantinet plus complexe. Il y a, par exemple, le fait que les hommes voient le sexe sans lendemain d’un bien meilleur œil que les femmes ou que les adolescentes surveillent davantage l’activité génitale de leurs copines que ne le font les adolescents vis-à-vis des filles de leur âge.

Plus criant encore est le cas des mutilations génitales : l’excision est traditionnellement effectuée par des mères et des grands-mères sur des petites filles isolées des membres masculins de leur famille. Et dans les pays où l’excision est endémique, les hommes déclarent « préférer » épouser des femmes dont le clitoris n’a pas été coupé, des Occidentales ou des femmes appréciant la gaudriole. Une étude menée par Naomi K. Muggleton, Sarah R. Tarran et Corey L. Fincher, psychologues à l’université de Warwick (Royaume-Uni), confirme expérimentalement le phénomène : l’envie de punition des femmes frivoles est assez bien partagée chez les hommes et chez les femmes, MAIS ce sont ces dernières qui sont disposées à les sanctionner plus cruellement, quitte à se mettre elles-mêmes en danger. De même, hommes et femmes n’ont pas, en tendance, les mêmes motivations pour refroidir les chaudasses : les hommes le font pour éviter le cocufiage et d’avoir à élever des enfants dont ils ne sont pas le géniteur, tandis que les femmes cherchent à maintenir le coût élevé de leurs faveurs sur le marché sexuel et pourrir la vie de potentielles rivales.

Non, les réseaux sociaux ne poussent pas les jeunes filles au suicide

À chaque époque son angoisse du mal-être adolescent induit. À celle de Goethe, ses Souffrances du jeune Werther étaient censées pousser les romantiques boutonneux à se pendre à un chêne. Durant la seconde moitié du XXe siècle, on allait accuser successivement les crooners, les plateaux de Donjons et Dragons ou les cheveux gras de Kurt Cobain de mettre des idées noires dans les têtes blondes. Aujourd’hui, tout fout toujours le camp et ce sont les réseaux sociaux et le temps passé devant les écrans qui rogneraient le bien-être psychique des jeunes générations. Notamment du côté des filles, davantage vulnérables à la toxicité de la pression sociale. Amy Orben et Andrew K. Przybylski, chercheurs à Oxford en psychologie expérimentale et en sciences de l’information, ont passé au crible une bonne partie des données disponibles sur la question pour y trouver beaucoup de contradictions et de lacunes méthodologiques. De leur propre analyse menée sur trois bases de données rassemblant 355 358 adolescents américains et britanniques, il ressort que la corrélation (qui n’implique en rien une causalité) entre consommation numérique et santé mentale des adolescents est effectivement négative, mais aussi extrêmement limitée – à peine 0,4 % de la variance des symptômes dépressifs chez les jeunes est attribuable au temps passé sur internet. Selon les scientifiques, dormir suffisamment et prendre tous les jours un bon petit-déjeuner sont des techniques bien plus efficaces pour stimuler la joie de vivre qu’une diète d’écrans.

Comment l'amour empoisonne les femmes

Price: 18,00 €

18 used & new available from 10,00 €

La domination masculine n'existe pas

Price: 18,00 €

12 used & new available from 15,99 €

Février 2019 - Causeur #65

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Antisémitisme: le rassemblement de ceux qui n’ont rien fait contre
Next article Le Mexique, le pays des fantômes et des morts
Peggy Sastre est une journaliste scientifique, essayiste, traductrice et blogueuse française. Dernière publication, "La Haine orpheline" (Anne Carrière, 2020)

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération