L’éditorial de mai d’Élisabeth Lévy


Nous retrouverons bientôt nos « jours heureux » et nos « 1er-mai chamailleurs », c’est le président qui l’a dit.

Ces dernières années, les « jours heureux » ont surtout été marqués par des métros immobilisés, des villes paralysées et des fins de mois démoralisées. Quant à nos chamailleries, elles se sont souvent réglées à coups de LBD, barres de fer et autres « armes par destination », comme on dit dans les rapports de police. C’est ainsi, la mémoire humaine a tendance à repeindre le réel en rose. Après deux mois d’assignation à résidence, le temps où nous pouvions nous inter-tripoter, défiler en rangs serrés ou simplement nous promener le nez au vent sans craindre de contaminer notre prochain fait figure d’âge d’or.

« Je ne vous raconte pas ça, mes chers compatriotes, pour vous casser le moral, mais pour vous accoutumer à l’idée que le monde d’après ressemblera furieusement à celui d’avant en plus fatigué, comme notre Premier ministre avec sa demi-barbe blanche, stigmate de son calvaire… »

Dans quelques semaines, ou quelques mois, nous aurons renoué avec les interminables déjeuners de famille, les vexations des petits chefs, les complots de machine à café, les commerçants mal lunés, les tapages nocturnes appelés « fêtes », organisés sous divers prétextes sportifs, musicaux ou humanitaires, ainsi que les embouteillages et autres innombrables inventions criminelles d’Anne Hidalgo pour pourrir la vie des Parisiens, surtout quand ils sont banlieusards. Les féministes psalmodieront de nouveau leur haine obsessionnelle de Roman Polanski. Nous nous rappellerons alors que, dans « lien social » il y a « lien » et nous dirons, désenchantés, que le confinement c’était le bon temps.

Je ne vous raconte pas ça, mes chers compatriotes, pour vous casser le moral, mais pour vous accoutumer à l’idée que le monde d’après ressemblera furieusement à celui d’avant en plus fatigué, comme notre Premier ministre avec sa demi-barbe blanche, stigmate de son calvaire.

A lire aussi, Elisabeth Lévy : L’Etat, ma mère juive

Éclair de lucidité

Aussi étonnant que cela semble, la dernière affaire Zemmour offre pourtant des raisons d’espérer.

Rappelons les f

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Mai 2020 – Causeur #79

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite